HomeA la UneUnilever veut dire adieu au plastique (ou presque)

Unilever veut dire adieu au plastique (ou presque)

« D’ici 2025, Unilever garantira une réduction de moitié de ses emballages en plastique et collectera et transformera plus d’emballages en plastique qu’il n’en commercialise », a déclaré dans un communiqué le groupe anglo-néerlandais, qui possède plus de 400 marques, dont Knorr, Lipton, Magnum, ou encore Dove.

Le groupe, dont l' »empreinte plastique » est d’environ 700.000 tonnes par an, veut accélérer l’utilisation de plastique recyclé et mettre fin à l’utilisation automatique d’emballages individuels des produits, tels que les glaces ou les savons.

« Le plastique a sa place, mais pas dans l’environnement. Nous ne pouvons réduire les déchets plastiques qu’en agissant rapidement et en prenant des mesures radicales », a affirmé le directeur général du groupe, Alan Jope.

« Nous devons introduire de nouveaux matériaux d’emballage innovants et développer de nouveaux modèles commerciaux, tels que les emballages réutilisables », et ceci avec « une rapidité et une intensité sans précédent », a-t-il ajouté, cité dans le communiqué.

Les grandes multinationales sont confrontées à une pression croissante des consommateurs à l’heure où la cause climatique prend une place de plus en plus importante dans le débat public.

Dix-neuf entreprises, parmi lesquelles Unilever, Nestlé, Google ou L’Oréal, ont présenté en septembre une « coalition » qui s’est engagée à protéger la biodiversité, au cours du sommet Action Climat des Nations unies à New York.

Unilever, qui emploie quelque 160.000 personnes dans le monde, s’est par ailleurs engagé en 2010, aux côtés d’autres grands groupes comme Nestlé, à atteindre l’objectif de zéro déforestation en une décennie avec une approche « responsable » pour choisir leurs fournisseurs de viande, huile de palme et soja, entre autres.

En janvier 2019, le géant anglo-néerlandais a annoncé acquérir la marque américaine de produits d’entretien respectueux de l’environnement The Laundres, après le rachat en décembre d’un boucher végétarien néerlandais, De Vegetarische Slager.

FOLLOW US ON:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Rate This Article: