HomeA la UneTerrena, le nouveau géant de l’agroalimentaire hexagonal

Terrena, le nouveau géant de l’agroalimentaire hexagonal

En rachetant le volailler Doux, le groupe coopératif Terrena assoit sa position de géant de l’agroalimentaire made in France.

Siège-Terrena-1

4,3 milliards d’euros et 11 821 salariés. Les chiffres du groupe coopératif Terrena sont impressionnants. Un groupe qui se définit lui-même comme « l’un des acteurs majeurs de l’agriculture et de l’agroalimentaire sur son territoire. » Son territoire, c’est la France. Un pays dans lequel il ne cesse de se développer, avec un panel de marques dans plusieurs secteurs : Douce France et Gastronome, en volailles ; Paysan Breton pour les produits laitiers ; Elivia pour les viandes bovines et Tradival pour la meunerie. Son leitmotiv ? « La nouvelle agriculture. »

22 000 agriculteurs adhérents

Dans quelques semaines, Terrena ajoutera Père Dodu à son portefeuille de marques de volailles. Trois ans après avoir été placé en redressement judiciaire, le groupe Doux – sous la houlette d’Arnaud Marion – annonçait il y a quelques mois son prochain rachat par Terrena. Une opération qui s’annonce d’ores et déjà rentable pour la coopérative, puisque « Doux est en mesure de tripler son chiffre d’affaires d’ici à cinq ans », indique Didier Calmels, actionnaire majoritaire de Doux par le biais de son holding D&P Participations.

Une opération qui est loin d’être une finalité : Maïsadour et Terrena ont annoncé, en septembre, vouloir créer un « leader européen de la production de semences en rapprochant leurs activités semences. » A à peine plus de dix ans, le groupe coopératif est déjà un mastodonte de l’agroalimentaire hexagonal. Un groupe qui a attiré 22 000 agriculteurs adhérents et qui collecte chaque année l’équivalent de 10 % de la production agricole du Grand Ouest. Avec le rachat de Doux et des partenariats avec d’autres coopératives, le groupe de Loire-Atlantique n’a pas fini de peser sur le paysage agroalimentaire hexagonal.

Poulets Doux : Didier Calmels part avec le « sentiment du travail accompli » (ici)

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: