HomeA la UneTaittinger prend la direction de l’Angleterre

Taittinger prend la direction de l’Angleterre

[quote]Vin. La maison de champagne Taittinger a acquis un terrain en Angleterre pour y produire un vin mousseux local. Le marché s’y prête bien.[/quote]

Taittinger produira un vin mousseux en Angleterre

69 hectares. C’est la surface que Taittinger vient d’acquérir dans le Kent. La maison de champagne est la première à annoncer qu’elle rallie l’Angleterre pour produire du vin mousseux. Du chardonnay, du pinot noir et du pinot meunier plus exactement. Taittinger espère ainsi sortir ses premières bouteilles de mousseux britannique en 2022. Si le marché a attiré la maison de champagne française, c’est notamment grâce à des prix attractifs : le groupe – qui exporte les trois-quarts de sa production – affirme avoir acheté son terrain dans le Kent à 80 000 euros l’hectare, soit vingt fois moins que les prix en Champagne.

Les Anglais veulent du mousseux local

L’exemple Taittinger montre que le Royaume-Uni attire les producteurs de vin. Et pour le groupe français, c’est une opération séduction qui est entamée : selon un rapport sur les ventes de vins pétillants outre-Manche, le prosecco, un vin mousseux italien, dépasse le champagne français. Actuellement en Angleterre, la production de mousseux ne dépasse pas les quatre millions de bouteilles. Taittinger a donc une place à prendre. Et s’installer dans le Kent pour toucher le public britannique n’est pas innocent : les ventes de vin mousseux local au Royaume-Uni ont bondi de 27 % en 2014 – contre une progression de 5 % pour le champagne –.

Taittinger veut séduire les clients britanniques en produisant « un vin pétillant anglais de grande qualité », assure Pierre-Emmanuel Taittinger, son président, qui assure que son objectif « est de faire un vrai produit d’excellence dans un climat britannique de plus en plus tempéré. » En effet, la région se réchauffe et Taittinger espère en profiter en faisant un vin mousseux spécifique, « sans le comparer au champagne ou à tout autre vin mousseux », selon le président. Et le nom est déjà tout trouvé : Domaine Evremond, du nom de Charles de Saint-Evremond, un poète français qui a initié le roi Charles II d’Angleterre au champagne.

La guerre des bulles se déplace en Angleterre (ici)

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: