HomeA la UneLes snacks sains sont-ils en train de devenir incontournables ?

Les snacks sains sont-ils en train de devenir incontournables ?

[quote]Economie. Le groupe américain Mondelez vient d’annoncer qu’il voulait accroitre son chiffre d’affaires lié aux aliments sains de 20 points d’ici cinq ans.[/quote]

oreo

Est-ce une simple mode ou l’industrie agroalimentaire est-elle en train de prendre un virage ? Après la prise de conscience de la dangerosité pour la planète de l’huile de palme, après les changements stratégique de McDonald’s pour proposer à ses clients des hamburgers plus sains et plus eco-friendly, c’est au tour du groupe américain Mondelez de vouloir se lancer dans la vente de snacks sains. Le fabricant des biscuits Oreo et des chocolats Cadbury veut créer une véritable stratégie qui irait dans ce sens.

Réduire les colorants artificiels

En effet, le géant des snacks envisagerait de générer la moitié de ses revenus des snacks sains d’ici à 2020. Il suit ainsi la tendance qui veut que les consommateurs se tournent désormais vers une alimentation moins grasse et moins riche en sucres. Mais pour ce faire, Mondelez va devoir changer la plupart de ses recettes… Le groupe promet qu’il simplifiera les ingrédient de ses produits snacks et qu’il réduira les colorants artificiels – comme vient également de l’annoncer Kellogg’s –.

Conséquence : Mondelez proposera, dans les cinq années à venir, des aliments moins caloriques – ne dépassant par les 200 calories –, annonce l’industriel dans un communiqué. Il précise par ailleurs qu’environ 30 % de son chiffre d’affaires actuel provient déjà de ce segment de snacks sains. Mondolez va donc miser sur ce marché et sur la publicité pour promouvoir sa nouvelle stratégie : le groupe veut augmenter l’enveloppe destinée au marketing et à la pub de 10 % d’ici à 2018.

Mondelez veut se concentrer sur les snacks « sains » (ici)

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: