HomeActualitésConsoSécurité alimentaire : la Cour sonne l’alarme

Sécurité alimentaire : la Cour sonne l’alarme

Souris, moisissures, excréments... Certains produits alimentaires premiers prix inquiètent la Cour des comptes. Illustration / Crédit photo : le-topographe (CC BY)

Souris, moisissures, excréments… Certains produits alimentaires premiers prix inquiètent la Cour des comptes. Illustration / Crédit photo : le-topographe (CC BY)

[quote]Conso : jeudi 29 mai 2014, Le Télégramme publie un rapport confidentiel de la Cour des comptes sur la sécurité alimentaire des produits premiers prix.[/quote]

Composition de certains produits premier prix : « viandes grises verdâtre impropres à la consommation humaine dans des charcuteries, moisissures, souris vivantes ou mortes, excréments de souris dans des étuves à chorizo, fromage ramassé à la raclette sur le sol pour en faire du fromage fondu »… C’est ce que révèle l’édition du jeudi 29 mai 2014 du Télégramme. Le rapport confidentiel de la Cour des comptes pointe plusieurs failles dans le contrôle et la sécurité alimentaire. L’étude évoque notamment la composition de certains produits premiers prix, la surexposition aux pesticides et leurs répercussions sur la santé publique. Par ailleurs, l’ONG Foodwatch a dénoncé l’étiquetage de cinq produits français.

Sécurité alimentaire : les découvertes de la BNEVP

La Brigade Nationale d’Enquêtes Vétérinaires et Phytosanitaire (BNEVP) a signalé dans son rapport qu’une « grande partie de la charcuterie ou des produits de viande premier prix comportent de très larges proportions de VSM ». Selon le site Alimentation.gouv.fr, les Viandes Séparées Mécaniquement englobe des « produits obtenus par l’enlèvement, à l’aide de moyens mécaniques, de la viande des os ou des carcasses de volailles. Obtenus après désossage, ces produits peuvent contenir des résidus d’os, de cartilages ou de moelle ». Ces VSM étaient essentiellement destinées à la composition d’aliments pour animaux, précise Le Télégramme.

Sécurité alimentaire : solutions ?

Le rapport de la Cour des comptes appelle les industriels de l’industrie agroalimentaire à plus de transparence. La Cour propose également de mettre la lumière, via la publicité, sur les enquêtes sécurité alimentaire. Cependant, la pub peut incarner une « arme (dangereuse) qui exposerait les professionnels ne respectant pas les règles aux sanctions directes des consommateurs (et) aiderait également les services à résister davantage aux pressions locales ». Cette pub peut également mettre en péril des centaines d’emplois et donner une image négative du made in France.

Sécurité alimentaire : des failles dans le contrôle (ici)

FOLLOW US ON:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Rate This Article: