HomeA la UneLa réforme de l’assurance chômage inquiète l’agroalimentaire

La réforme de l’assurance chômage inquiète l’agroalimentaire

Des solutions à la crise agricole

Plusieurs entreprises de l’agroalimentaire ont écrit au Premier ministre pour le prévenir des dangers du système de bonus et malus mis en place pour l’assurance-chômage.

Un « coup de poignard » ! Les industriels du secteur de l’agroalimentaire ont semble-t-il mal vécu la réforme de l’assurance chômage. En cause, un système de « bonus-malus » des cotisations chômage patronales pour les entreprises qui ont le plus recours aux contrats courts et aux emplois saisonniers. Les emplois saisonniers sont dans le collimateur de l’administration fiscale : « Nous découvrons avec stupeur, dans le cadre de la réforme de l’assurance chômage, un projet de ‘bonus-malus’ qui vise notamment les emplois saisonniers», déplorent des entreprises et syndicats du secteur agroalimentaire, réunis en comité. Ils écrivent à Edouard Philippe, Premier ministre, pour dire leur mécontentement et dénoncer les nouvelles règles de l’assurance-chômage.

Les géants de l’agroalimentaire répondent présent

Les professionnels de l’agroalimentaire estiment que cela met en péril tout un secteur. «  Ce serait un coup de poignard dans le dos. Toute surtaxation des contrats saisonniers constituerait un risque économique majeur », peut-on lire dans la lettre alors que les entreprises du secteur « transforment 70 % de la production agricole et de la pêche et s’adaptent de manière structurelle à des moments de récoltes et de consommation ». La réforme de l’assurance-chômage inquiète notamment des géants du secteur comme Fleury Michon, Haribo, Lindt, Daucy ou encore Sodebo, puis des syndicats du chocolat et la Fédération nationale de l’industrie laitière.

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: