HomeA la UneRéduire le gaspillage pour répondre aux besoins alimentaires

Réduire le gaspillage pour répondre aux besoins alimentaires

Le gaspillage alimentaire concerne un tiers de la production mondiale.

Si le gaspillage alimentaire pose un vrai problème environnemental, le réduire pourrait également permettre de répondre à de véritables besoins alimentaires.

Le rapport du GIEC, le groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat, estime que la réduction du gaspillage alimentaire pourrait permettre de largement limiter les émissions de gaz à effet de serre liées l’agriculture et à l’élevage. Mais outre les bienfaits pour la planète, la lutte contre le gaspillage permettrait de réduire drastiquement la faim dans le monde. Selon les prévisions, réduire le gaspillage alimentaire de moitié d’ici à 2050 permettrait entre autres de combler 20 % des besoins supplémentaires en alimentation nécessaire pour répondre à l’accroissement de la population mondiale entre 2010 et 2050, indique La Tribune. Le World Ressource Institue (WRI), la Banque mondiale et le Programme des Nations unies pour l’Environnement (PNUE) l’ont compris.

Des disparités selon les pays

En effet, le WRI publie un « agenda global » qui doit permettre à tous les acteurs de la chaîne d’approvisionnement alimentaire de prendre des mesures pour un avenir meilleur. Alors que, toujours selon La Tribune, « les volumes d’alimentation perdus équivalent aujourd’hui à une valeur de 940 milliards de dollars par an », on peut déplorer que la moitié de la population mondiale vit dans un pays qui ne s’est pas fixé d’objectifs en termes de lutte antigaspi. Selon l’étude, c’est toute la chaîne qu’il faut prendre en compte : les pays en développement, par exemple, subissent de nombreuses pertes dans la phase de stockage alors que d’autres pays, plus développés, voient les consommateurs jeter à tour de bras. C’est donc, selon le WRI, à tous de prendre conscience des bienfaits de la réduction du gaspillage alimentaire : entreprises, mais aussi Etats et consommateurs.

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: