HomeActualitésConsoProduits à base de poisson : les révélations de la CLCV

Produits à base de poisson : les révélations de la CLCV

Flou dans l'étiquetage des produits à base de poisson. Illustration / Crédit photo : woody1778a (CC BY SA)

Flou dans l’étiquetage des produits à base de poisson. Illustration / Crédit photo : woody1778a (CC BY SA)

[quote]Actu : l’association CLCV (Consommation, Logement et Cadre de Vie) a dénoncé, lundi 23 juin 2014, un étiquetage insuffisant des produits à base de poisson, une teneur en poisson souvent inférieure à 30% et l’utilisation de chutes de filetage, « chair » ou « pulpes de poisson ».[/quote]

Lundi 23 juin 2014, l’association Consommation Logement et Cadre de Vie (CLCV) a dévoilé les résultats d’une enquête menée sur les étiquettes de 70 produits à base de poisson (grandes marques et marques distributeurs). Au total sept catégories ont été ciblées : les plats cuisinés, les surimis, les soupes, les panés, les rillettes, les parmentiers et brandades ainsi que les croquettes et nuggets.

Le communiqué de la CLCV indique : « les produits à base de poisson présentent de nombreuses lacunes dans leur étiquetage en ce qui concerne les quantités de poisson, la nature de la matière première et les espèces utilisées. La CLCV demande donc aux pouvoirs publics et aux professionnels de travailler à une clarification des règles d’étiquetage de ces produits. L’harmonisation de l’information relative aux quantités de poisson devrait être une priorité afin d’éviter aux consommateurs qui souhaitent comparer deux produits de devoir faire des calculs dans les rayons ».

Produits à base de poisson : la blacklist

Selon le rapport de l’association CLCV, Les produits à éviter sont :
– La nouvelle recette de Parmentier d’Auchan (25% de crème fraîche)
– Le produit Croque Baby Fromage (29% de poisson)
– Les rillettes Leclerc (trois agents texturants : fibre de blé, E412 (gomme de guar) et E415, gomme xanthane)
– Les surimis « premiers prix » : Creative Sea food,  Leclerc ECO+, Auchan Pouce et Casino « Tous les jours » (28 à 29% de poisson)
– Les soupes de poisson (14 à 16% de poisson). D’après l’association, la liste des ingrédients mentionne généralement « un fumet de poisson reconstitué ». La CLCV précise par ailleurs : « un fumet est un jus obtenu par la réduction d’un bouillon réalisé avec des parures (arêtes, têtes) de poisson ».

CLCV : les produits recommandés

L’association Consommation Logement et Cadre de Vie recommande les produits suivants :
– Bâtonnets de poissons panés Carrefour Discount (absence d’agents texturants)
– Tranches panées 100% filet Carrefour (teneur en filet 70%)
– Les surimis Carrefour, U, Fleury Michon et Leclerc (38% de chair de poisson, produits exempts d’exhausteurs de goût et de polyphosphates)
– Les soupes de poisson (Auchan recette vendéenne, Atlantic Soupe de poissons et de langoustines, Soupe de poissons Carrefour)

Etiquetage alimentaire : les solutions 2.0

TellSpec le scanner alimentaire peut incarner une solution pratique. En effet, son algorithme, son mini spectromètre et son application smartphone déchiffrent la composition des aliments et présentent rapidement aux consommateurs un rapport détaillé. Signalons par ailleurs que la CLCV n’est pas la seule association à dénoncer l’étiquetage alimentaire. Mardi 6 mai 2014, l’ONG allemande Foodwatch a dénoncé les « ruses légales » de cinq produits de l’industrie agroalimentaire française. Sans oublier la pétition en ligne étiquetage alimentaire invitant les autorités à imposer un code couleur de la qualité nutritionnelle des aliments. Petit rappel :

[youtube url= »http://www.youtube.com/watch?v=GAwTyEEHnOs#t=19″ width= »560″ height= »315″]

 

Téléchargez le rapport complet de la CLCV (ici)

FOLLOW US ON:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Rate This Article: