HomeA la UneLes prix du saumon norvégien en hausse

Les prix du saumon norvégien en hausse

[quote]Economie. Les cours du saumon norvégien se sont envolés ces derniers jours. Ce qui pourrait avoir un impact sur les ventes en France, où 80 % du saumon consommé est norvégien.[/quote]

Le saumon norvégien pas très en forme

Dans l’Hexagone, 8 kilos de saumon consommés sur 10 proviennent de Norvège. Or, depuis plusieurs semaines, les cours de ce poisson scandinave sont en train d’exploser. La faute à des attaques parasites sur les élevages, mais également à une météo capricieuse, trop froide. Les saumons norvégiens se vendent aujourd’hui, sur les marchés locaux, entre 60 et 70 couronnes (entre 6,3 et 7,4 euros) minimum, contre 40 à 50 couronnes en 2015. Selon les traders de ce marché, la tendance haussière devrait se poursuivre dans les mois à venir.

Des poux de mer envahissent les élevages

En France, les conséquences pourraient se faire ressentir. Selon un fournisseur français, « à 7 euros la pièce, ça commence à devenir tendu. Si la tendance se poursuit, ça se traduira par quelques centimes de plus sur les étiquettes de prix dans les 3 ou 4 semaines à venir. » Le saumon norvégien en supermarchés ou dans la restauration pourrait donc augmenter très prochainement. Et la pénurie guette : la baisse des températures et la prolifération des poux de mer pourraient considérablement réduire le cheptel de saumons dans les élevages norvégiens.

Un nouveau coup dur pour le saumon norvégien. En 2010, ce poisson avait été au centre d’une polémique à cause de l’utilisation de diflubenzuron, un insecticide, dans les élevages scandinaves. L’Autorité européenne de sécurité alimentaire avait alors assuré que le diflubenzuron était « hautement toxique pour les organismes aquatiques. » La Russie avait arrêté, en 2006, ses importations de saumons norvégiens. La Norvège, qui fournit près de 60 % de la production mondiale en saumon, connaît aujourd’hui une nouvelle période délicate.

Pourquoi votre plateau de sushis va bientôt vous coûter plus cher (ici)

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: