HomeA la UneNocciolata, la pâte à tartiner qui chatouille Nutella

Nocciolata, la pâte à tartiner qui chatouille Nutella

Le Nutella est presque en situation de monopole dans les rayons de pâtes à tartiner. Mais un concurrent a débarqué, jouant sur la consommation plus citoyenne.

 

Alors que les snacks sains sont de plus en plus consommés, faisant fi de l’alimentation grasse et sucrée, une pâte à tartiner est en train de tirer son épingle du jeu : Nocciolata s’impose comme un concurrent sérieux du célèbre Nutella de Ferrero. Avec son huile de palme, le Nutella a suscité de nombreuses polémiques dernièrement, la ministre de l’Ecologie Ségolène Royal allant jusqu’à proposer le boycott de cette marque. La force de Nocciolata ? Des éléments nutritionnels plus « éthiques », avec notamment l’absence d’huile de palme et des ingrédients qui viennent du commerce équitable.

Des produits issus de l’agriculture biologique

Pas de noisettes turques, pour cette pâte à tartiner bio, mais des noisettes italiennes. Et ce n’est pas tout : Nocciolata mélange des ingrédients comme le sucre de canne, le cacao maigre de Saint-Domingue, le beurre de cacao, l’huile de tournesol, du lait écrémé en poudre et de la vanille de Madagascar. Des produits en totalité issus de l’agriculture biologique. La pâte à tartiner italienne veut proposer une alternative au Nutella, en opposant la malbouffe à des aliments sains – 6 grammes de graisses saturées pour 100 grammes de Nocciolata  contre 30,9 grammes pour le Nutella –, le non-respect de l’environnement au bio.

Mais il faudra batailler pour venir grignoter des parts de marché à Nutella, présent dans les rayons depuis 1923. Mais les frères Rigoni – les créateurs de Nocciolata – peuvent s’appuyer sur une expérience réussie : le succès de leur confiture bio à base de fruits et de jus de pomme, Fiordifrutta. Les deux entrepreneurs ont donc lancé leur pâte à tartiner bio en 2008, changeant plusieurs fois la formule pour s’adapter au mieux aux goûts de leurs clients. Certes, la différence de prix de 2,58 euros le kilo est encore importante, mais le côté consommation responsable se paie. Et c’est ce qui fait le succès de Nocciolata.

Une pâte à tartiner à visage humain (ici)

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: