HomeA la UneNestlé veut former 300 000 Africains

Nestlé veut former 300 000 Africains

Economie. L’entreprise suisse Nestlé, qui veut solidifier sa présence en Afrique, va offrir des formations à 300 000 Africains à l’horizon 2020.

Accusé, en décembre dernier par une ONG, de faire appel à des fournisseurs faisant travailler des enfants en Afrique, notamment en Côte d’Ivoire, Nestlé est-il en train de se refaire une réputation ? Le géant suisse de l’agroalimentaire vient d’annoncer qu’il formera 300 000 jeunes Africains et leur offrira 3 000 stages en trois ans. Une annonce faite, justement… en Côte d’Ivoire, lors du Forum mondial sur la création de valeur partagée d’Abidjan. La Côte d’Ivoire, mais également le Nigeria et le Ghana accueilleront, dès 2016, des « programmes de développement des techniques de management d’entreprise », a indiqué le patron de la firme suisse, Paul Bulcke, qui ajoute que les étudiants seront formés à la gestion de carrière et à l’entretien d’embauche.

Nestlé bien implanté en Afrique du Sud

Objectif de Nestlé : « réduire considérablement la proportion de jeunes non scolarisés et sans emploi ni formation d’ici à 2020 », indique un communiqué, conformément aux objectif de développement durable fixés par les Nations unies. Le groupe européen rappelle que sept Africains sur dix sont âgés de moins de 30 ans et que « c’est une bombe à retardement car beaucoup ne sont pas employés. » Nestlé, qui veut s’étendre en Afrique, connaît quelques difficultés sur le continent… Il a pourtant investi presqu’un milliard de dollars en Afrique depuis dix ans, mais en visant une croissance de ses bénéfices de 100 % tous les trois ans, la firme s’est peut-être un peu emballée…

Pire, Nestlé a dû fermer plusieurs de ses bureaux de représentation, comme au Rwanda ou en Ouganda. Malgré tout, le géant de l’agroalimentaire a construit plusieurs usines et compte désormais plus de vingt-cinq sites de production sur le continent africain. Parmi les pays dans lesquels il a le plus investi, on retrouve notamment l’Afrique du Sud, qui compte pas moins de huit sites Nestlé, tandis que l’Egypte en compte trois, le Nigeria deux, comme la Côte d’Ivoire et l’Algérie. Ce nouveau programme de formation devrait permettre à Nestlé d’envisager un avenir plus fructueux sur le continent africain, notamment à partir de 2020.

FOLLOW US ON:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Rate This Article: