HomeA la UneLe Maroc ne prend pas conscience du gaspillage alimentaire

Le Maroc ne prend pas conscience du gaspillage alimentaire

Le gaspillage alimentaire concerne un tiers de la production mondiale.

Malgré un gaspillage alimentaire énorme, le gouvernement marocain ne semble pas être en mesure de proposer des solutions.

250 kilos d’aliments gaspillés par an et par habitant ! Au Maroc comme dans tous les pays de la région MENA, du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, le gaspillage est un véritable fléau, prévient un rapport de la FAO, l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. A en croire l’institution, ce sont en tout un tiers des ressources alimentaires qui partent ainsi à la benne dans la totalité de ces pays. Et cela a un effet sur l’environnement, car la FAO assure que le gaspillage équivaudrait à 8 % des émissions de gaz à effet de serre. « Le produit est gaspillé avant même d’avoir atteint le consommateur », nuance Mamoun Ghellab, qui a fondé l’association Zero Zbel au Maroc.

Celui-ci affirme en effet, comme le disent les ONG mondiales, que le gaspillage est le fait des agriculteurs tout autant, voire plus, que des consommateurs. « Il y a différentes chaînes de valeur : au niveau du champ, puis du marché, et ensuite la consommation des ménages et des restaurants. On se focalise beaucoup sur le gaspillage personnel, mais il y a aussi une vraie problématique dans l’agriculture », poursuit-il, interrogé par le magazine Tel Quel. Le militant associatif indique d’ailleurs qu’en décembre 2018, 50 000 tonnes de clémentines avaient été détruites lors d’une crise sans précédent.

Et la FAO donne un chiffre qui donne le tournis : trois jours de la semaine sont utilisés par les agriculteurs à produire des aliments qui seront ensuite jetés à la poubelle. Côté consommateurs, 10 % environ du budget des familles est gaspillé. Le pain est sans doute l’aliment le plus détruit dans les foyers marocains. Le gouvernement veut, avec son Plan Vert, éviter le gaspillage alimentaire. Mais « il n’y a aucune ligne ni référence budgétaire au gaspillage dans la consommation dans le PMV, et on a jamais vu une seule mesure gouvernementale sur ce problème », déplorent les ONG qui demandent aux autorités d’agir.

FOLLOW US ON:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Rate This Article: