HomeA la UneExportations : le Maroc à la peine en Afrique

Exportations : le Maroc à la peine en Afrique

Malgré un fort potentiel sur le marché africain, le royaume chérifien n’arrive pas à développer son secteur agroalimentaire à sa juste valeur.

« L’évolution future de la demande mondiale des produits agroalimentaires laisse apparaître l’émergence de nouveaux marchés », indique un rapport de la Direction des études et des prévisions financières, au Maroc. Et pourtant, le royaume semble avoir accumulé un sacré retard qui pourrait l’empêcher de jouer un rôle phare sur le continent. Selon Medias24, « le secteur agricole marocain est appelé à revoir sa stratégie, y compris pour les marchés émergents ». Pour la DEPF, la demande en produits agroalimentaires en Afrique enregistre « une croissance importante avec un accroissement de ses importations en ces produits de près de 7% par an sur la période 2007-2015 ». Or, le Maroc semble tarder à saisir les opportunités malgré, continue le rapport, une « place de plus en plus renforcée de l’Afrique » dans les priorités des autorités locales. La DEPF reproche au Maroc un positionnement « loin de son potentiel » et « sans commune mesure avec les capacités compétitives du Maroc dans certains produits agricoles ».

Devancé par l’Espagne et la Chine

Le royaume prend du retard qu’il pourrait avoir du mal à rattraper, notamment parce que ses concurrent sur le marché ne sont pas nés de la dernière pluie : l’Espagne, la Chine ou encore l’Afrique du Sud ont largement investi le continent africain et, toujours selon le rapport de la DEPF, « sur cinq produits agroalimentaires phares à l’export, le Maroc est classé loin derrière les leaders sur ces marchés avec des parts de marché, moyennes sur la période 2007-2015, de 13 % pour les conserves d’olive (contre 37% pour le leader sur ce marché, à savoir l’Espagne), de 3% pour les agrumes (34% pour l’Afrique du Sud), de 1% pour les tomates (31% pour l’Afrique du Sud), de 0,7% pour les conserves de fruits et confitures (11% pour la Chine), et de 0,3% pour l’huile d’olive (30% pour l’Espagne) ». Un cri d’alerte qui pourrait bien faire réagir les industriels marocains.

FOLLOW US ON:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Rate This Article: