HomeA la UneLe label « Viande de France » ne convainc pas les consommateurs

Le label « Viande de France » ne convainc pas les consommateurs

[quote]Viande. L’origine de la viande est encore trop peu indiquée sur les emballages. Les consommateurs restent, selon une étude, encore sceptiques quant à l’efficacité des différents labels.[/quote]

Le label viande de France

Le label « Viande de France », porté lors de la crise agricole par François Hollande, avait pour objectif de rassurer les consommateurs hexagonaux quant à l’origine de la viande. L’opacité concernant cette origine était, en effet, un véritable problème pour des Français en quête d’authenticité. Mais un an et demi après la création du logo « Viande de France », ce dernier a du mal à convaincre. Selon une enquête de Familles Rurales, 70 % des consommateurs ne sont pas sensibles à cette appellation. Ce label « Viande de France » a donc du mal à séduire.

Trop de labels tuent les labels

La raison ? La multitude de labels brouille l’esprit des consommateurs, selon Le Figaro. L’étude montre que seules 7 personnes sur 10 estiment que « l’origine est identifiable sur la viande brute », et moins d’une personnes sur 10 pour les plats préparés. Un véritable problème pour les industriels, puisque l’origine du produit serait, selon différentes études, le première critère d’achat, bien avant le prix. L’autre problème des « Viandes de France », ce sont les différents scandales qui ont porté préjudice à la profession. L’affaire de la viande de cheval dans les lasagnes « a mis le doute sur les labels, et notamment sur celui de “Viandes de France”», indique le président de Familles Rurales.

Les entreprises de l’agroalimentaires seront certainement déçues par cette étude, alors qu’apposer le logo sur les emballages représente pour elles un surcoût non négligeable. Cependant, les efforts consentis par les industriels ne sont pas encore parfaits : selon l’association UFC-Que Choisir, plus d’un produit sur deux n’indique pas aux consommateurs l’origine de la viande. « Les industriels disent que c’est compliqué. La véritable raison, c’est qu’il y a une course à la marge », estime le chargé de mission alimentaire de l’association, Olivier Andrault.

FOLLOW US ON:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Rate This Article: