HomeA la UneEn Italie, une ferme hydroponique pour relancer la production de tomates

En Italie, une ferme hydroponique pour relancer la production de tomates

La plus grande ferme hydroponique d’Europe du Sud, en Toscane, veut redonner à l’« or rouge », les tomates locales, ses lettres de noblesse.

C’est une histoire de mafia, de pollution et d’exploitation humaine qui a fait beaucoup de mal à la production locale de tomates. En Italie, ce fameux « or rouge » est en train de s’effondrer malgré un climat propice à sa production. Alors, une ferme hydroponique espère bien changer l’image de la tomate italienne. Basée en Toscane, la ferme de Luigi Galimberti, Sfera Agricola, propose de l’or rouge sans pesticides. Le principe ? Des plants cultivés hors-sol, dans des serres dites écologiques. La ferme produit des légumes avec une quantité minimale d’eau : pour un kilo de tomates ou de laitues, il ne faut que deux litres d’eau. En temps normal, il en faudrait 75. De plus, la quasi-totalité de l’eau est issue des eaux de pluie. Autant dire que ces tomates italiennes bio le sont totalement ou presque, et ceci est vrai aussi car il n’utilise aucun produit chimique.

10 millions de chiffre d’affaires en 2019

« Nous utilisons des abeilles pour féconder les fleurs, et nous libérons une série d’insectes prédateurs pour combattre les insectes que nous redoutons », indique le gérant de la ferme qui, s’il doit utiliser des produits chimiques, détruit la production le nécessitant. L’entreprise a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros qu’elle devrait doubler cette année. Elle emploie environ 230 personnes. On est loin du chiffre d’affaires annuel de la tomate italienne, estimé à 24,5 milliards d’euros, mais les conditions dans lesquelles sont produites les tomates sont saines et bien loin des derniers scandales qui ont éclaboussé ce secteur. La ferme produit enfin des tomates de qualité : « Ces dernières 50 années, le marché a rapidement évolué pour des raisons liées à la distribution et au commerce. La peau des tomates s’est épaissie pour qu’elles durent plus longtemps sur les étals ». Le patron de la ferme propose lui des tomates moins dures. Tout le monde y gagne.

 

FOLLOW US ON:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Rate This Article: