HomeA la UneHuile de palme : derrière les beaux discours, peu d’actes

Huile de palme : derrière les beaux discours, peu d’actes

Malgré le semblant de volonté des industriels de mettre fin à l’utilisation de l’huile de palme, les forêts continuent à être détruites dénonce Greenpeace.

On croyait les géants de l’agroalimentaire sensibles à la cause forestière. Nombreux sont d’ailleurs aujourd’hui les produits estampillés « sans huile de palme. » De plus en plus coopératives, les multinationales commençaient à indiquer la provenance de leurs produits. Devant les risques de boycott, du Nutella par exemple, les marques ont donc décidé de mettre la pédale douce concernant l’huile de palme. Fin 2015, Ben & Jerry’s avait montré l’exemple en annonçant l’arrêt d’un de ses produits phares pour éviter les conséquences environnementales. Mais derrière les beaux discours, la réalité est différente. L’ONG Greenpeace International étrille les géants de l’agroalimentaire dans un rapport sorti ce mercredi 19 septembre. L’organisation de défense de l’environnement épingle des industriels de l’agroalimentaire et des cosmétiques à son tableau de chasse. Des industriels qui avaient promis de « faire le ménage » dans leur chaîne de production et de limiter leur consommation en huile de palme d’ici à 2020.

Que reproche exactement l’ONG à ces multinationales ? En bref, elle parle de « greenwashing. » Greenpeace assure en effet que, malgré les publicités vantant des produits sans huile de palme, les géants de l’industrie continuent à s’approvisionner en cet ingrédient et participent ainsi à la destruction des forêts tropicales en Indonésie. Jugez plutôt : depuis fin 2015, plus de 130 000 hectares de forêts auraient été détruits par 25 producteurs travaillant pour des multinationales. La Papouasie est la région la plus dévastée avec près de 60 000 hectares. La Papouasie qui est devenue, comme l’assure l’ONG, « le nouvel eldorado du secteur de l’huile de palme. » Et Greenpeace de citer les douze grandes marques qui ont participé à cette déforestation : Colgate-Palmolive, General Mills, Hershey, Kellogg’s, Kraft Heinz, L’Oréal, Mars, Mondelez, Nestlé, PepsiCo, Reckitt Benckiser ou encore Unilever. Des entreprises qui « ont été totalement incapables d’appliquer efficacement ces politiques sur le terrain », déplore Greenpeace.

FOLLOW US ON:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Rate This Article: