HomeA la UneGuerre ouverte au sein de l’interprofession Inaporc

Guerre ouverte au sein de l’interprofession Inaporc

[quote]Porc. La Fédération française des industriels charcutiers traiteurs et transformateurs de viande va quitter l’interprofession Inaporc. Même en interne, le secteur du porc est au bord de la crise.[/quote]

5012069_3_545x460_autocrop

Le secteur porcin s’enfonce-t-il dans une crise irréversible ? Depuis 2015, les acteurs de ce secteur peinent à s’entendre et ce ne sont pas les événements de la semaine dernière qui vont arranger l’économie de l’élevage français. En effet, le 22 janvier, la Fédération française des industriels charcutiers traiteurs et transformateurs de viande (FICT) a annoncé qu’elle voulait quitter l’interprofession porcine Inaporc. Si le cabinet Euler Hermes estimait en décembre qu’Inaporc participe au développement des exportations françaises, la FICT n’est pas de cet avis.

Un déficit structurel de pièces de porc en France

En effet, la fédération reproche à l’interprofession de n’avoir « pas su insuffler des changements suffisants dans la production. » Selon la FICT, « aujourd’hui, 80 % de la viande de porc utilisée par les charcutiers français provient de France. Ce chiffre pourrait encore augmenter s’il n’existait pas de déficit structurel en France sur certaines pièces de porc. » Or, estime la Fédération française des industriels charcutiers traiteurs et transformateurs de viande, « l’interprofession Inaporc n’a pas pris en compte ces faits, a négligé les demandes qualitatives de la FICT et ne reconnaît pas les importants efforts d’information aux consommateurs des entreprises de charcuterie. »

Inaporc accuse la FICT de vouloir quitter l’interprofession pour « pouvoir importer des viandes en provenance d’autres pays européens au moment où l’évidence conduirait à resserrer les liens. » Or, la FICT rétorque qu’Inaporc n’en fait pas assez : « Nous manquons de viande bio et de races rustiques, alors qu’il y a réelle demande des consommateurs », déplore notamment la fédération, qui répond à l’interprofession que leur argument n’est pas le bon. « Les accords interprofessionnels ne concernent pas les achats », rétorque la FICT. La guerre semble partie pour durer.

Rien ne va plus dans la filière porcine (ici)

FOLLOW US ON:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Rate This Article: