HomeA la UneLes exportations agroalimentaires françaises s’essoufflent

Les exportations agroalimentaires françaises s’essoufflent

La France est aujourd’hui le 5e exportateur mondial dans les secteurs agricole et agroalimentaire. En chute de trois places depuis 2000.

L'agroalimentaire français à la peine

Le constat livré par les experts du Conseil d’analyse économique auprès du Premier ministère dans un rapport sur les choix de la France en matières agricole et agroalimentaire est rude : selon eux, l’Etat français est « fortement interventionniste, plus tatillon qu’efficace. » Les spécialistes dénoncent, dans leur rapport, le « manque de coordination des filières », mais aussi l’« empilement d’outils peu efficaces, parfois contradictoires. » Les chercheurs d’AgroParisTech, de l’Inra et de l’université Paris I assurent que « la politique agricole doit aujourd’hui être clairement recentrée sur des objectifs clés à long terme. »

La France doublée par les Pays-Bas, l’Allemagne et le Brésil

Le rapport remis au Premier ministre, Manuel Valls, est alarmant. Mais les chiffres parlent d’eux mêmes : commercialement, la France est à la peine. Certes, en 2014, la balance commerciale de l’agroalimentaire a dégagé un excédent de plus de 9 milliards d’euros. Mais les chercheurs nuancent, assurant que « ce solde est presque égal en valeur courante à son niveau de 2000. » Sauf que la France a stagné par rapport aux autres fournisseurs : de 2e exportateur mondial de produits agroalimentaires en 2000, la France est passée en 5e position.

Les Pays-Bas, l’Allemagne et le Brésil sont les trois pays qui ont devancé l’Hexagone en termes d’exportations agroalimentaires. Et si rien n’est fait pour améliorer les performances françaises, la Chine pourrait également devancer notre pays. Entre 2000 et 2014, la part de la France dans les exportations mondiales agroalimentaires a perdu plus de 30 %. Le rapport apporte donc quelques pistes pour tenter d’enrayer la chute, comme celle de rémunérer les agriculteurs respectueux de l’environnement ou de développer les biotechnologies. La balle est désormais dans le camp du gouvernement, qui a toutes les données pour établir l’état des lieux du secteur.

Agriculture et agroalimentaire. La France décroche (ici)

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: