HomeActualitésConsoEtiquetage : Foodwatch scrute les appellations mensongères

Etiquetage : Foodwatch scrute les appellations mensongères

L'ONG Foodwatch dénonce les étiquettes mensongères des hypermarchés. Illustration / Crédit photo : Dylan_Payne (CC BY)

L’ONG Foodwatch dénonce les étiquettes mensongères des hypermarchés. Illustration / Crédit photo : Dylan_Payne (CC BY)

[quote]Mardi 6 mai 2014, l’ONG allemande Foodwatch dénonce les « ruses légales » de cinq produits de l’industrie agroalimentaire française.[/quote]

Selon un rapport publié le 6 mai 2014 par l’ONG Foodwatch, l’industrie agroalimentaire française tromperait les consommateurs avec des appellations mensongères et de fausses étiquettes. Au regard de la loi française« ces ruses (…) sont parfaitement légales » déclare Ingrid Kragl, directrice de l’information de Foodwatch. En effet, dans l’Hexagone « aucune loi ne contraint les fabricants à la transparence ».

Etiquetage : cinq produits dans la ligne de mire de Foodwatch

L’ONG allemande dénonce cinq produits de l’industrie agroalimentaire française: le blanc de dinde Tradilège de la marque Repère E. Leclerc, la soupe boeuf-carottes aux vermicelles saveur à l’ancienne Maggi (Nestlé), les tortellinis jambon cru parmesan Lustucru (Panzani), le yaourt arôme naturel fruits rouges Vrai (Triballat Noyal) et la vinaigrette huile d’olive extra, vinaigre balsamique, tomates séchées Puget (Lesieur). A titre d’exemple, les tortellinis ne contiennent que 24% de jambon, la soupe Maggi comporte 1.1% de jus de cuisson de bœuf et seulement 5.5% de carottes et le blanc de dinde Tradilège contient « environ 16% d’eau (gélifiant à base d’algues, colorants et d’autres additifs) ».

Qui est Foodwatch?

Foodwatch est une association allemande à but non lucratif. Fondée en 2002 suite au scandale de la vache folle, cette ONG est financée grâce aux dons et aux cotisations de plus de 25.000 personnes. « Pour éviter tout risque de conflits d’intérêts et ne subir aucune pression visant à influencer son travail, foodwatch n’accepte pas non plus de fonds provenant de l’industrie agro-alimentaire et des grandes entreprises de la distribution alimentaire », précise le site web de l’ONG. Foodwatch France a été créée en juillet 2013. L’ONG dispose également d’un bureau à Amsterdam.

Foodwatch: ruses légales mais pas légitimes

FOLLOW US ON:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Rate This Article: