HomeA la UneDevenir actionnaire d’un domaine viticole à partir de 1 000 euros

Devenir actionnaire d’un domaine viticole à partir de 1 000 euros

Vin. Une start-up propose aux passionnés de viticulture d’entrer au capital de domaines viticoles ou d’entreprises du secteur à partir de 1 000 euros.

Investir ses économies dans un domaine viticole et récupérer ses dividendes… en bouteilles de vin. Voilà l’idée de WineFunding, une start-up française qui propose aux investisseurs passionnés par les vignobles ou par l’œnologie d’entrer au capital d’un domaine viticole ou de toute entreprise du secteur, à partir seulement de 1 000 euros. Une façon d’inciter les entrepreneurs à se lancer… « Mon expérience dans l’univers du vin m’a montré qu’il y a d’un côté des vignerons talentueux fourmillant de projets mais éprouvant des difficultés à convaincre les banques et de l’autre, des amateurs désireux d’investir dans un secteur qu’ils affectionnent », résume Maxime Debure, fondateur de WineFunding.

Une nouvelle façon de faire des affaires

Mais quelle différence existe-t-il entre WineFunding et les autres plateformes de financements participatifs ? Pour Maxime Debure, le vin est un savoir-faire et il doit rester aux mains des spécialistes. « Les plateformes généralistes n’ont pas forcément les bons critères pour jauger des projets très spécifiques à financer liés au monde du vin et ceux-ci sont rarement des projets en mode start-up », indique l’entrepreneur, qui s’est entouré d’experts comme Michel Bettane, sommelier d’Alain Ducasse, ou le fondateur du guide du vin « Bettane&Desseauve » pour mener à bien les différents projets proposés sur sa plateforme.

A parti de 1 000 euros, il est donc possible d’investir dans une entreprise du secteur viticole. Il y a un mois, WineFunding a bouclé sa première levée de fonds. Montant total de l’opération : près de 345 000 euros. Elle est l’œuvre d’une entreprise souhaitant acquérir un de ses concurrents. La deuxième opération — le financement de la reprise d’une propriété viticole — nécessitera de réunir 100 000 euros pour permettre la rénovation du domaine de 12,5 hectares. Les financements débutent cette fois à 500 euros. Les retours sur investissement se feront… en bouteilles de vin de Lussac Saint-Emilion. Une nouvelle façon de faire des affaires qui devrait ravir les amateurs de bons vins.

FOLLOW US ON:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Rate This Article: