HomeA la UneDes insectes dans vos glaces ?

Des insectes dans vos glaces ?

Selon une étude de l’ONG Footwatch, les marques les plus connues de glaces contiennent quasiment toutes des… insectes.

Habituée aux coups d’éclat, l’ONG Foodwatch s’attaque désormais au marché des glaces et dénonce « quatre arnaques sur l’étiquette qui jettent un froid ». Dans un rapport complet, l’organisation non gouvernementale détaille les ingrédients que contiennent plusieurs glaces industrielles. « De grandes marques de glaces utilisent des additifs controversés et des dérivés d’animaux », prévient l’ONG qui épingle Ben&Jerry’s, Extrême, Carte d’Or et Pirulo Happy. Pour Carte d’Or, Foodwatch déplore par exemple la présence de lait dans un sorbet au citron censé ne pas en contenir. Quant aux cornets Extrême, l’ONG assure qu’ils contiennent « de l’huile de palme mais aussi des sécrétions issues d’insectes : le ‘shellac’ ». Des insectes dans les glaces, c’est donc possible ? Oui, assure Foodwatch, qui en a également trouvé dans d’autres glaces issues d’autres usines. De quoi faire effectivement froid dans le dos. Et la présence d’insectes n’est pas un accident.

« Shellac » et « carmin »

Car qu’est-ce que le fameux « shellac » contenu dans les cornets de la marque Nestlé ? Ce produit, issu comme un agent d’enrobage, est « issu de la sécrétion d’une cochenille asiatique », indique l’ONG. Une gomme-laque utilisée depuis la nuit des temps en Chine et qui permet à Nestlé d’éviter le dessèchement et la perte d’arôme de son produit. En réalité, le « shellac » n’est pas dangereux, mais mieux vaut tout de même le savoir… Le problème viendrait d’un autre type d’animal : le « carmin », utilisé dans la glace Pirulo Happy (toujours fabriquée par Nestlé), est lui problématique. Car selon l’Autorité européenne de sécurité des aliments, cet additif provoquerait des allergies respiratoires et alimentaires chez les consommateurs. Lui aussi est issu des cochenilles, et l’on en retrouve dans de nombreux produits, comme les glaces, donc, mais aussi l’Orangina rouge, les chewing-gums ou la charcuterie.

FOLLOW US ON:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Rate This Article: