HomeA la UneD’Aucy mise (beaucoup) sur la Bretagne

D’Aucy mise (beaucoup) sur la Bretagne

Economie. Après avoir connu quelques difficultés, D’Aucy va mieux et a même pu investir 130 millions d’euros en Bretagne.

Après des années de fragilité, d’Aucy (ex-Cecab) va mieux. Si, depuis 2011, le groupe s’est séparé de plusieurs usines ou marques pour pallier à un manque de trésorerie, l’année 2015 a été positive : avec un chiffre d’affaires de 1,3 milliard d’euros, les 22 usines du groupe se portent plutôt bien. Un chiffre d’affaires « quasi stable si on s’arrête au périmètre constant », assure Alain Perrin, son directeur. Le recentrage de d’Aucy sur quatre métiers — activités agricoles, légumes et plats cuisinés, œufs et viandes — a permis de ne plus avoir de branche déficitaire. Avec 14,2 millions d’euros de résultat net, d’Aucy peut se targuer d’une augmentation de 14 % de ses bénéfices par rapport à 2014.

De quoi se relancer complètement et voir l’avenir en rose. Si bien que d’Aucy a décidé, en avril dernier, d’investir 130 millions d’euros en Bretagne, pour les années 2016 à 2018. Objectif ? « Rassurer la Bretagne sur l’ancrage du groupe coopératif dans la région », a résumé Jean-Yves Le Drian, le président de la région qui a permis au groupe d’emprunter une partie de la somme. Pour d’Aucy, il s’agira de moderniser ses unités de production de Locminé, de Ploërmel, du Faouët, mais également de Pény. Avec trois maîtres-mots pour Alain Perrin et ses 4 800 salariés : « Innovation, valeur ajoutée et sécurisation des marchés. »

Développer un peu plus l’export

Le groupe peut jubiler, car les résultat de 2015 « ont été réalisés dans un contexte agricole et agroalimentaire compliqué », se félicitent les dirigeants de d’Aucy. Le groupe a décidé de mettre en place « des aides à la trésorerie » pour aider ses 9 000 producteurs « en difficulté. » Un geste indispensable en cette période de crise agricole, qui s’ajoute donc à un développement à l’international. D’Aucy réalise actuellement 15 % de son chiffre d’affaires hors des frontières françaises. « L’Europe, l’Asie et l’Afrique sont nos principaux débouchés, indique la direction du groupe. L’export est un axe de développement important pour nous notamment sur le grand export. » D’une personne sur ces marchés, d’Aucy est passé à trois personnes, avec notamment un bureau à Hong-Kong. Prochains objectifs : se développer en Europe de l’Est, en Turquie ou encore en Espagne. « Nous avons une petite idée des pays où nous souhaitons aller », affirme Alain Perrin, sans en dire plus.

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: