HomeA la UneDanone veut acquérir 40 % des parts de Michel et Augustin

Danone veut acquérir 40 % des parts de Michel et Augustin

Economie. Danone veut prendre des parts dans Michel et Augustin pour, à terme, contrôler l’entreprise créée en 2004 et qui connaît, depuis, un véritable succès.

C’est décidément la marque qui monte. Les pros de la communication ont souvent vanté les mérites de Michel et Augustin, qui bénéficie d’une image particulièrement dynamique. Commercialement aussi, la marque fait des merveilles : Michel et Augustin vend désormais ses produits aux Etats-Unis. Une jolie promotion des produits gourmet « made in France » qui n’a pas manqué d’aiguiser des appétits. A commencer par celui de Danone, qui est actuellement en discussions avec Michel et Augustin pour entrer dans son capital. Objectif du groupe spécialisé dans les eaux et dans les produits laitiers : acquérir 40 % du capital de Michel et Augustin.

De nouvelles ambitions

En réalité, Danone a de grandes ambitions avec Michel et Augustin : dans les cinq années à venir, la firme agroalimentaire aimerait faire grimper sa participation dans la jeune entreprise, qui se veut être un « trublion du goût. » Pour cela, il faudra trouver un accord avec les deux fondateurs de la marque, mais également avec Artémis, la holding financière de la famille Pinault. Cette dernière contrôle en effet 70 % du capital de Michel et Augustin. Derrière cette prise de capital se cache une autre ambition de Danone : développer la marque en lui faisant profiter d’une force de frappe déjà bien ancrée.

Car avec Danone à ses côtés, Michel et Augustin pourrait bien développer aussi bien sa gamme de produits que les points de vente dans lesquels la marque serait présente. Avec un chiffre d’affaires 2015 qui s’élève à 40 millions d’euros, l’arrivée de Danone dans son capital permettrait à Michel et Augustin de rêver plus grand, notamment outre-Atlantique. L’occasion pour Augustin Paluel-Marmont, le cofondateur de la marque, d’« écrire un nouveau business plan » et de développer de nouveaux produits. Affaire à suivre.

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: