HomeA la UneLa crise laitière va encore empirer

La crise laitière va encore empirer

[quote]Lait. Ce début d’année 2016 est dramatique pour les producteurs de lait, avec des cours qui chutent encore et une demande de moins en moins importante.[/quote]

La crise laitière va s'amplifier cette année

« Un certain nombre de nos collègues ne pourront plus exercer leur métier. » Le constat de Xavier Beulin, le président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), est dramatique pour 2016. Six mois après la crise agricole qui a secoué le secteur, la FNSEA s’inquiète du seuil fatidique atteint par le cours du lait : 300 euros les 1 000 litres. De quoi craindre « un nouvel embrasement du côté des agriculteurs », entend-on dans le milieu de l’agroalimentaire, alors que Bruxelles enquêterait sur une entente sur les prix l’été dernier.

La crise, dès janvier ou février

Selon le responsable de l’Association des producteurs laitiers indépendants, Jean-Luc Pruvot, « cela peut exploser à tout moment, les trésoreries sont dans un état catastrophique. » Et la crise laitière pourrait arriver d’ici la fin de cette semaine : « mi-janvier 2015, quand les agriculteurs seront payés pour décembre, ou le mois suivant quand les prix passeront sous les 300 euros les 1 000 litres », la situation pourrait dégénérer assure le syndicaliste. La fin des quotas européens – remplacés par un système de contractualisation des prix – et la surproduction de lait n’arrangeront pas les choses.

Michel Lafont, responsable de la prospective à la Chambre d’Agriculture de Normandie, estime que « nous sommes passés d’une situation de crise à une situation dramatique. » Les dossiers pour demander des soutiens financiers, déposés dans cet organisme, s’accumulent. Et Michel Lafont se demande « si l’on aide seulement quelques uns au risque d’en oublier certains ou bien si l’on aide tout le monde au risque de distribuer trop peu d’argent pour que ce soit efficace. » Au cours de l’année 2016, les banqueroutes de producteurs laitiers pourraient donc se multiplier.

Pourquoi une nouvelle crise s’annonce pour les éleveurs laitiers (ici)

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: