HomeA la UneLe cannabis alimentaire bientôt autorisé au Canada

Le cannabis alimentaire bientôt autorisé au Canada

A la fin de l’année, les producteurs de l’agroalimentaire pourraient bien être autorisés à vendre des produits à base de cannabis.

Le Canada est en train d’avancer à vive allure concernant le marché du cannabis. Ce pays a en effet déjà légalisé le cannabis à usage récréatif il y a un peu plus de six mois, et devrait faire un pas supplémentaire en autorisant cette fois le cannabis alimentaire. Aux Etats-Unis, certains Etats ont déjà franchi le pas et cela ouvre un business conséquent : des grands chefs proposent désormais des plats à base de cette substance, attirant de nombreux clients dans leurs restaurants. Les autorités canadiennes, si elles sont d’accord sur le principe de légaliser le cannabis alimentaire, voudrait que la mesure soit bien encadrée. Le marché est évidemment énorme : après la légalisation récréative, 600 000 Canadiens ont fumé leur premier joint. Il est donc facile d’imaginer quel public rencontreraient les « space cakes » et autres cookies au cannabis.

Des normes à mettre en place

Le cannabis comestible sera donc autorisé, outre-Atlantique, mais avec des normes précises : selon le site Neozone, les aliments et boissons infusées ne pourront contenir au maximum que 10 milligrammes de THC, là où la dose de 1000 milligrammes par emballage est autorisée dans le cadre d’un usage dermatologique. Tout cela a mis du temps à être mis en place. « On pourrait penser que les produits comestibles auraient dû être légalisés avant ceux qu’on fume, considérant les risques pour la santé, mais la raison est qu’il y a des critères spécifiques comme les emballages, la variété des produits, par exemple les gâteaux ou les bonbons, qui pourraient attirer les enfants », explique ainsi Chad Finkelstein, avocat à Dale & Lessmann LLP, à Radio-Canada. Mais les producteurs sont sur les starting-blocks : la valeur du marché des produits comestibles à base de cannabis pourrait atteindre 12 milliards de dollars. La loi, normalement appliquée à la fin de l’année, est donc très attendue au Canada.

FOLLOW US ON:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Rate This Article: