HomeA la UneLe Brexit, une bonne nouvelle pour l’agroalimentaire belge

Le Brexit, une bonne nouvelle pour l’agroalimentaire belge

Depuis l’évocation d’un Brexit, les exportations alimentaires belges se sont amplifiées en direction du Royaume-Uni.

Le Brexit ne fait pas que des malheureux. Alors que les partisans d’un nouveau scrutin n’hésitent pas à évoquer les menaces de pénuries d’aliments au Royaume-Uni en cas de sortie de l’île de l’Union européenne, la Belgique, elle, se frotte les mains. Et pour cause : depuis le référendum de 2016, le royaume belge a vu les exportations agroalimentaires en direction de l’Angleterre bondir. Selon les chiffres officiels, rien qu’en un an, l’industrie agroalimentaire a enregistré plus de 15 % de recettes supplémentaires. D’après Fevia, la fédération belge du secteur agroalimentaire, les produits alimentaires et boissons belges envoyés au Royaume-Uni n’ont cessé d’augmenter depuis 2014, soit au tout début de la campagne lancée par les dirigeants politiques pro-Brexit. En quatre ans, 200 millions d’euros d’exportations alimentaires supplémentaires ont été enregistrées.

Une tendance qui se poursuit

Une augmentation de 8,1 % en quatre ans qui fait donc les affaires de la Belgique. Mais surtout, cela ne semble pas près de s’arrêter : selon Le Soir, « la tendance s’est intensifiée ces derniers mois ». Les exportations alimentaires belges vers la clientèle britannique sont estimée, pour le premier trimestre 2019, à 638,56 millions d’euros, soit un gain de 16,2 % par rapport au premier semestre de l’année dernière. Les aliments ont enregistré une plus grosse progression que les boissons. Selon Fevia, si les chiffres plus récents ne sont pas disponibles, « ce mouvement se poursuit jusqu’à aujourd’hui ». En cas de sortie sans accord de l’UE, autant dire que cela fera forcément les affaires du secteur belge de l’agroalimentaire.

FOLLOW US ON:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Rate This Article: