HomeA la UneBlood Serpent (Darling Brew), première bière africaine sans émission carbone

Blood Serpent (Darling Brew), première bière africaine sans émission carbone

Blood Serpent, la bière sud-africaine sans émission carbone.

Innovation. Pour la première fois en Afrique, Darling Brew, une brasserie sud-africaine, lance une bière avec zéro impact carbone, la « Blood Serpent ».

La Conférence de Paris sur le climat (COP 21), en décembre dernier, l’avait affirmé : l’augmentation de la température moyenne mondiale doit être contenue en-deçà de deux degrés de plus que celle qui prévalait à l’ère pré-industrielle. Pour y parvenir, les participants à la COP 21 avaient appelé à la « décarbonisation » des entreprises industrielles, leur assignant un objectif « zéro carbone ». Avec le lancement de Blood Serpent, la brasserie sud-africaine est entrée de plain-pied dans cette nécessaire révolution mondiale.

A la tête de Darling Brew, Kevin et Philippa Wood sont les premiers en Afrique à introduire sur le marché une bière artisanale dont la fabrication n’engendre aucune émission de carbone. A tel point que leurs innovations en matière de process et de packaging ont fait l’objet d’une certification. L’ambition de conjuguer production et développement durable a présidé à la création de cette nouvelle marque de bière. Les Wood se sont adjoints les services de consultants en production durable, qui les ont accompagnés dans la mise en place et la validation des process. « Nous avons assisté Darling Brew à réaliser un audit des émissions de gaz à effet de serre, afin de quantifier l’impact carbone de la brasserie, puis les avons aidés à la réduire jusqu’au taux zéro », a déclaré avec fierté Andre Harms, directeur du cabinet.

Recyclage à tous les étages

Pour réaliser cette performance, les émanations de carbone engendrées par la consommation de carburants et d’énergie, ainsi que l’utilisation du verre, des étiquettes et des emballages ont été compensées avec la technologie REDD+ (« Réduction des Emissions issues de la Déforestation et de la Dégradation des forêts », de l’acronyme anglais « Reducing Emissions from Deforestation and Forest Dégradation »). Pour chaque 16 000 bouteilles de Blood Serpent produites, l’équivalent en émissions carbone d’un véhicule parcourant 38 894 km a été compensé. en termes de carbone retenu, la compensation correspond à la croissance sur dix ans de 261 arbustes.

Même les locaux de la production sont totalement « verts », composés d’éléments recyclés comme et les palettes et les fûts de bière en bois. Les économies d’eau ont quant à elles été obtenues grâce à l’usage de citernes, de buses spécialisées et, bien entendu, par la réutilisation des eaux. Les matières premières sont elles locales et biologiques, et les drêches données aux quelques têtes de bétail paissant aux alentours du site. Et les Wood ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. « Nous évaluons encore les moyens de rendre notre brasserie encore plus efficiente », précise Kevin Wood, « et nous poursuivrons toujours nos efforts pour innover nos procédures et nos bières. »

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: