HomeA la UneLa bière, boisson alcoolisée n°1 des Américains

La bière, boisson alcoolisée n°1 des Américains

Les américains préfèrent la bière.

Conso. La bière reste la boisson alcoolisée favorite des Américains, selon un récent sondage Gallup. Si 43% des buveurs d’alcool préfèrent la bière, seul un tiers avoue sa préférence pour le vin et 20%, pour les spiritueux. 

L’édition 2016 du sondage Gallup sur les habitudes de consommation des Américains réserve des surprises sur leur consommation d’alcool. Menée entre le 13 et le 17 juillet dernier auprès d’un échantillon représentatif de la population adulte américaine, cette enquête montre que 43% des personnes qui boivent de l’alcool élisent de préférence la bière – le taux le plus élevé constaté depuis 2002 (où ils étaient 44%). En effet, les sondages conduits depuis 2005 montraient régulièrement la préférence généralement accordée au vin et aux alcools forts, une tendance qui s’est nettement inversée  depuis trois ans en faveur de la boisson maltée.

Les résultats restent toutefois à nuancer en fonction du genre, notamment. Le sondage indique que la moitié des femmes penchent pour le vin et moins d’un quart (23%), pour la bière et les spiritueux, à parts égales ; dans le même temps, 54% des buveurs masculins optent d’abord pour la bière, 22% pour les alcools forts et 18% seulement pour le vin. Ces différences entre hommes et femmes font écho aux préférences qu’ils et elles ont manifesté durant la décennie 2001/2009. En matière de consommation abusive, un quart des sondés masculins avoue boire parfois plus que de raison, contre 16% seulement des femmes.

Plus riches donc plus buveurs

Il est en tout cas un fait incontestable : depuis 1939, Gallup relève qu’une nette majorité d’Américains consomme de l’alcool, selon un pourcentage qui varie entre 55% et 71%. La plus faible consommation a été enregistrée en 1958 et la plus élevée, à la fin des années 1970. En 2016, ce sont les deux tiers des Américains qui avouent consommer de l’alcool tandis que 35% se disent totalement abstinents en la matière.

Outre le genre, le niveau de revenu influence aussi la consommation : plus le revenu est élevé, plus la consommation d’alcool est favorisée. Ainsi, entre 2010 et 2016, près de huit Américains sur dix disposant de hauts revenus déclarent boire, un ratio qui tombe à 49% pour leurs compatriotes les moins aisés.

La consommation d’alcool chez les Américains, si elle ne se dément pas au fil des décennies, est également soutenue par la publicité. Une étude de l’Université du Texas datant de 2015 révèle que les ventes d’espaces publicitaires vantant les boissons alcoolisées se sont accrues de 400% en quarante ans.

 

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: