HomeA la UneLes aliments bio italiens s’exportent de plus en plus

Les aliments bio italiens s’exportent de plus en plus

Depuis plusieurs années, le bio italien est en pleine explosion. Ces dernières années, le pays mise notamment sur les exportations.

Aux frontières de la France, ce sont deux salles et deux ambiances : alors que les produits espagnols sont régulièrement épinglés pour l’utilisation de pesticide, de l’autres côté des Alpes, la mode est au bio. Et les chiffres ne trompent pas, aussi bien concernant les habitudes des Italiens que les exportations. Aujourd’hui, un ménage italien sur cinq achète des produits bio au moins une fois par semaine. Mais surtout, depuis dix ans, « les exportations du made in Italy bio ont explosé de +600 % », indiquent Les Echos qui nous indique que la Grande botte est devenue le deuxième exportateur mondial juste derrière les Etats-Unis. Un marché florissant estimé à 6 milliards d’euros de chiffre d’affaires rien que pour le bio italien. Et le pays se veut avant-gardiste, multipliant les événements consacrés à ce secteur, comme le 31e Salon international des produits bio et naturels qui débute le 6 septembre prochain à Bologne.

La France et l’Allemagne, meilleurs clients

Les investisseurs ont bien compris l’enjeu. En tout, ce sont 66 000 entreprises qui produisent du bio sur près de 2 millions d’hectares, représentant environ 15 % de la totalité des terres arables, et 18 000 entreprises de transformation et de distribution. Sur le Vieux-Continent, le pays fait figure de locomotive. L’Association italienne pour l’agriculture biologique (AIAB) indique en effet qu’une exploitation biologique sur trois en Europe est italienne et que le bio italien réalise un chiffre d’affaires de 2,3 milliards à l’étranger, contre 1,3 milliards sur le territoire national. Et la progression est énorme : outre une croissance exponentielle depuis 10 ans, rien que l’an dernier, les exportations ont progressé de 178 % sur une année. La France et l’Allemagne sont sans aucun doute les meilleurs clients d’une Italie qui semble avoir misé sur le bon cheval en développant son secteur bio.

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: