HomeA la UneL’agriculture contribue largement à l’empreinte carbone de l’alimentation française

L’agriculture contribue largement à l’empreinte carbone de l’alimentation française

Des solutions à la crise agricole

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie fait des propositions pour faire baisser l’empreinte carbone due à l’alimentation des Français.

C’est une proportion qui n’est pas anecdotique. Selon l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), les deux-tiers de l’empreinte carbone de l’alimentation des Français sont dus à la phase de production agricole. Autrement dit, le réchauffement climatique doit beaucoup à l’agriculture. Une statistique qui ne laisse pas insensible en plein salon de l’agriculture. Selon l’agence, l’alimentation des ménages de l’Hexagone représente un quart de leur empreinte carbone totale. Mais dans cette proportion, l’agriculture prend une place importante puisque les deux-tiers de cette empreinte carbone sont dus à la phase de production agricole, principalement à cause du méthane — créé par la fermentation entérique des ruminants et les effluents d’élevages — et au protoxyde d’azote — dû aux fertilisants —. Mais ces chiffres sont difficilement contrôlables, puisque ces émissions « proviennent de processus naturels directement liés au système de production », indique l’Ademe.

Alors, que faire ? L’Ademe revient sur « l’importance du développement des pratiques d’agro-écologie qui permettent de réduire l’empreinte écologique et d’augmenter les stocks de carbone. » Plus concrètement, l’agence préconise plusieurs options parmi lesquelles « l’optimisation de la fertilisation azotée et une meilleure valorisation des engrais organiques », « l’introduction de couverts végétaux », « le développement de l’agroforesterie » ou encore « le maintien et l’optimisation de la gestion des prairies » et « la valorisation des déjections en fertilisation et pour produire de l’énergie. » Enfin, l’Ademe préconise de limiter le transport de marchandises, même si leur empreinte carbone n’est pas entièrement comptabilisée dans l’empreinte alimentaire mais plutôt énergétique.

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: