HomeA la UneL’acquisition d’AB InBev par SABMiller devra attendre

L’acquisition d’AB InBev par SABMiller devra attendre

[quote]Economie. Alors que l’opération semblait bouclée, le numéro 2 mondial de la bière, SABMiller, vient de rejeter une offre d’acquisition d’AB InBev.[/quote]

biere

Le brasseur Anheuser-Busch InBev, leader du secteur de la bière, devait absorber son dauphin sur le marché, SABMiller. Une opération qui était alors estimée à 100 milliards de dollars pour le groupe belgo-brésilien qui allait en faire un mastodonte de la brasserie. Mais selon l’agence Bloomberg News, SABMiller vient tout juste de rejeter une « offre informelle d’acquisition » en provenance d’AB InBev. La raison ? Celle-ci ne serait pas assez élevée.

Une opération à 99 milliards d’euros ?

L’agence économique affirme qu’AB Inbev a proposé un peu moins de 40 livres par action (soit 54 euros environ), pour un titre qui ne dépassait pas, lundi soir lors de la clôture de la bourse, 38 livres. Oui, mais voilà, SABMiller aurait posé ses conditions et fixé le prix minimum à 45 livres (un peu plus de 60 euros). Dans les conditions imposées par le groupe anglais, l’opération atteindrait donc un montant global de 99 milliards d’euros. Soit 110 milliards de dollars, dix de plus que la somme évoquée au départ.

Les deux groupes ayant annoncé qu’ils étaient en négociations le 16 septembre, AB Inbev a jusqu’au 14 octobre en fin d’après-midi pour faire une offre ferme d’acquisition. Si l’opération est finalisée, elle fera du nouveau AB InBev un géant de la bière capable d’afficher un chiffre d’affaires de 70 milliards de dollars annuels. Surtout, Anheuser-Busch InBev, basé en Belgique, vise avec ce possible rachat de nouveaux marchés, comme l’Afrique et l’Asie, à l’heure où les ventes de bière s’amenuisent en Europe.

SABMiller a rejeté une offre d’acquisition d’AB InBev (ici)

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: