Page d'accueilActualitésEconomieQui est Xavier Beulin, le grand patron de la FNSEA ?

Qui est Xavier Beulin, le grand patron de la FNSEA ?

Le président de la FNSEA.

Le président de la FNSEA occupe beaucoup de place, médiatiquement. Mais du côté des agriculteurs, Xavier Beulin est critiqué, accusé d’être du côté des industriels et non des petits cultivateurs.

Il a agité la rentrée. Il faut dire qu’entre la crise des éleveurs et la crise laitière, Xavier Beulin a été sur tous les fronts. Président de la FNSEA, le principal syndicat agricole français, demande depuis plusieurs mois des mesures d’envergure pour sortir d’agriculture française de l’impasse. Car la situation reste toujours fragile. Et lorsqu’un secteur se redresse, un autre plonge. « La situation a évolué plutôt défavorablement pour les filières du lait et de la viande bovine », disait-il en juillet, ajoutant que, « par ailleurs, d’autres filières qui n’étaient pas en crise l’an dernier, comme celles des céréales ou des fruits et légumes, traversent cette année des difficultés. »

Xavier Beulin au cœur d’un conflit d’intérêts ?

Xavier Beulin le sait : l’économie française en général et l’agriculture en particulier sont à la limite de la rupture. « Ce que l’agriculture vit en ce moment, c’est du jamais vu depuis plusieurs décennies », résumait le président du syndicat après une vague d’intempéries. Xavier Beulin se désole que quand ce n’est pas la conjoncture qui inquiète les agriculteurs, ce sont les intempéries qui s’y mettent. Les dernières ont coûté 600 millions d’euros au secteur. « Il faut des mesures sociales, financières et économiques », criait-il alors haut et fort cet été. Parmi ces mesures, « proposer une préretraire » à certains agriculteurs en difficulté pour mettre fin à une situation qui « n’est plus tenable. »

Considéré par son entourage comme le « véritable ministre de l’Agriculture », on reproche au président de la FNSEA d’être plutôt du côté des industriels de l’agroalimentaire que de celui des petits éleveurs et cultivateurs. A la tête du géant céréalier Sofiprotéol, Beulin est accusé d’être omniprésent dans le business et pas assez dans les terres. Faux, répond-il. « J’y vais deux week-ends par mois. Le dernier, j’ai fait dix-sept heures de tracteur ! Et quand je vais à l’étranger, la première chose que je fais, c’est sentir la terre », dit-il, sans rire. N’empêche qu’il est aujourd’hui en plein conflit d’intérêt, comme le rappelle Libé : « Comment peut-on prétendre défendre les éleveurs quand son propre intérêt vise à faire grandir les exploitations pour leur vendre toujours plus de tourteaux de colza ? », demande le quotidien.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Noter cet article: