Page d'accueilActualitésEconomieMalgré la crise de la viande, les ventes de volailles progressent

Malgré la crise de la viande, les ventes de volailles progressent

viandes_ventes_volailles

[quote]Volaille. Nous sommes en 2015, toutes les viandes connaissent une baisse de leur consommation. Toutes ? Non ! Car l’une d’entre elles résiste encore et toujours à la crise. Les ventes de volailles ont progressé entre 2008 et 2014[/quote]

viandes_ventes_volailles

 

Selon France AgriMer, l’établissement national des produits de l’agriculture et de la mer, le poulet serait la seule viande a résister à la crise depuis 2008 en France. Le marché global de la viande est pourtant morose… « Manger moins de viande est désormais un comportement, choisi ou plus ou moins subi, intégré par un certain nombre de ménages français », indique France AgriMer, qui vient de publier une « étude consacrée aux évolutions de la consommation de viande et à l’impact de la crise. »

La consommation française de viande aurait largement reculé ces dernières années pour atteindre 86 kilogrammes en équivalent carcasse (kgec) par habitant en 2014. Et depuis 2008, la consommation de ce mets est littéralement en chute libre. « De – 0,5 % par an entre 2000 et 2007, la consommation de viande a vu sa chute s’accélérer entre 2008 et 2013, à  -0,9 % par an », indique L’Usine Nouvelle, qui assure cependant que « la volaille a bien surmonté la crise. » En effet, alors que tous les types de viandes ont connu une baisse de leur consommation estimée à entre – 1,2 % et – 4,9 % par an, la consommation de volaille évolue elle à + 0,3 % par an. Et le renouveau d’entreprises comme Doux prouve la bonne santé du secteur.

Les élaborés de volailles ont la cote

La raison ? Des prix moins élevés que le bœuf, le veau ou encore le mouton, atteignant respectivement 13,5 euros, 15,6 euros et 13 euros le kg. Le prix du kilo de poulet se négocie lui aux alentours de 7,7 euros. Mais les tarifs pratiqués ne sont pas la seule raison – le porc coûte 7,1 euros le kg, mais a connu une baisse des ventes : la hausse de 32 % des ventes d’élaborés de volailles depuis dix ans explique aussi ce regain de la volaille. « Les consommateurs-cuisiniers sont désormais à la recherche de produits (…) ne demandant pas ou peu de préparation, avec un temps de cuisson réduit et faciles à préparer », indique France AgriMer.

La volaille a bien surmonté la crise (ici)

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Noter cet article: