Page d'accueilA la UneTrop de sucre dans les aliments… salés !

Trop de sucre dans les aliments… salés !

sucre

Sucre. La Fédération française des diabétiques a fait analyser des dizaines de produits industriels. Tous contiennent trop de sucres, même les aliments salés.

La Fédération française des diabétiques s’est emparée de la question du sucre dans les aliments. Avec une interrogation à destination de tous les industriels : « Pourquoi rajoutez-vous des sucres dans des produits qui n’en ont pas besoin ? » Une question qui fait suite à une étude poussée de la part de la fédération : cette dernière a analysé 192 aliments, en partenariat avec l’Institut national de la consommation et « 60 millions de consommateurs ». Et le résultat est sans surprise : le sucre est omniprésent dans tous les aliments issus de l’industrie, qu’ils soient sucrés ou même salés. De quoi demander des comptes aux grands groupes.

Les analyses du sucre dans les aliments.

Un étiquetage qui pose problème

Yaourts, sodas, mais aussi pizzas, charcuterie ou carottes râpées en barquette… Le sucre est présent, en quantités différentes, dans tous ces aliments. Pour l’industrie agroalimentaire, l’ajout de sucre a plusieurs utilités, comme le fait de limiter le développement microbien, d’atténuer l’acidité des produits, de donner de la texture ou de la coloration. Et pour éviter de signaler la trop grande présence de sucre dans les aliments, les industriels utilisent toutes les appellations possibles : saccharose, lactose, fructose ou même maltose et dextrose. Plusieurs noms qui cachent pourtant la même réalité : ajouter du sucre sans que le consommateur puisse en déterminé la quantité exacte.

Une pratique qui déplaît à la Fédération française des diabétiques, qui assure que « l’omniprésence de ce sucre dans notre alimentation pose un problème de santé publique. » En effet, le sucre est une des cause du surpoids, du diabète ou de différentes maladies cardiovasculaires. Selon la fédération, les Français ingurgiteraient quotidiennement 100 grammes de sucres, là où l’Organisation mondiale de la santé estime que la quantité maximale ne doit pas dépasser les 50 grammes. La FFD demande aux industriels plus de transparence et de baisser l’ajout de sucres dans leurs différents produits qui ne nécessitent pas cet ingrédient.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Noter cet article: