HomeA la UneUn tour de France pour promouvoir le « made in France »

Un tour de France pour promouvoir le « made in France »

Conso. Deux Français ont mené une enquête auprès de vingt-deux entreprises pour en savoir un peu plus sur le « made in France ». Instructif.

La journaliste Sophie Babaz et le photographe-vidéaste-graphiste Romain Gicquiaux ont parcouru la France de long en large. Un périple de 11 000 kilomètres lors duquel ils ont sonné à la porte de vingt-deux entreprises pour réaliser une enquête autour du thème du « made in France. » Les deux Brestois ont passé cinq mois à parcourir l’Hexagone avec un arsenal multimédia (photo, vidéo, audio et écrit) pour pouvoir partager toutes les réponses de ces entreprises. Leur objectif ? Montrer comment les entreprises du secteur industriel ont dû s’adapter à la mondialisation. Sophie Babaz explique qu’elle « ne s’est pas intéressée à l’artisanat ou à l’agroalimentaire qui ont leurs propres spécificités, mais plutôt aux entreprises industrielles. »

Créativité vs. financements

L’enquête proposait aux chefs et salariés des entreprises de répondre à trois questions : Quels sont les avantages à produire en France ? Quelles sont les difficultés auxquelles ces entreprises sont confrontées ? Qu’est-ce que ça veut réellement dire, de produire français ? Les reporters-militants publieront un livre pour résumer ce voyage dans les couloirs de l’industrie française. D’ores et déjà, on sait que les réponses ont permis de déduire que la France possède des entreprises créatives, les patrons font tout pour garantir la pérennité de leur société et les salariés ont un réel savoir-faire.

Cependant, les deux français ont remarqué que l’Etat soutenait les grandes entreprises comme Airbus sans faire le même effort pour les PME, pourtant plus nombreuses. Du côté des freins, les patrons des entreprises trouvent que l’octroi de financements par les banques est le plus gros problème pour les chef d’entreprise. Mais pas seulement… Les tarifs douaniers pour les produits importés de l’étranger constituent aussi un autre problème pour la croissance des industriels français, assurent-ils.

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Rate This Article: