Page d'accueilA la UneSur la télévision britannique, la malbouffe fait sa promo

Sur la télévision britannique, la malbouffe fait sa promo

Le chiffre d'affaires des burgers en progression.

Une étude anglaise montre que les enfants sont influencés par les publicités sur la malbouffe, qui sont très nombreuses à la télévision.

Outre-Manche, le débat sur l’alimentation continue et les autorités ont demandé aux industriels de moins promouvoir la « junk food. » Problème : une récente étude montre que les réglementations sur les publicités alimentaires ne sont pas respectées. En effet, selon le document, 60 % des publicités à la télévision pendant les émissions familiales concerneraient la malbouffe. Les auteurs du rapport tirent la sonnette d’alarme car, disent-ils, les enfants sont influencés par ces pages de réclame. Restauration rapide, plats à emporter, bonbons… Ces produits devraient être interdits d’antenne, la réglementation britannique interdisant les pubs pour aliments et boissons sucrés, salés ou gras entre les programmes pour enfants. Mais les industriels profitent d’un flou juridique pour faire de la promotion de leurs produits pendant les programmes dits « familiaux. »

Des programmes familiaux qui échappent à la législation

L’étude de l’Obesity Health Alliance met donc le doigt sur ce problème et tente de proposer des solutions. Car, indique l’OHA, ces publicités ont un impact néfaste sur les jeunes enfants, leurs préférences alimentaires pouvant être modifiées par les images d’aliments riches en sucres, graisses et sel. Chaque année, un enfant qui regarde des émissions familiales verra passer plus de 2 000 publicités pour des produits néfastes pour sa santé, alors que, dans le même temps, seule une publicité sur dix concerne les fruits et légumes. Quelles solutions pour lutter contre ce fléau ? L’OHA propose d’élargir la réglementation en vigueur pour les programmes pour enfants. C’est la santé de ces derniers qui est en jeu : au Royaume-Uni, près de 20 % des enfants sont en surpoids ou obèses à l’âge de 5 ans. Un taux qui augmente à 33 % pour les enfants de 10 ans. Le rapport indique par ailleurs que 73 % des programmes télévisés susceptibles d’être regardés par des enfants échappent à la réglementation. Ses auteurs demandent donc aux autorités de légiférer, et vite.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

bellmady44@gmail.com

Noter cet article: