Page d'accueilA la UneSodexo n’utilisera plus d’œufs de batterie

Sodexo n’utilisera plus d’œufs de batterie

Sodexo met fin aux œufs de poules en batterie.

Volaille. Plus aucun œuf de poule en batterie ne sortira des cuisines de Sodexo à l’horizon 2025, vient d’indiquer l’entreprise française, qui a été félicitée par l’association L214.

Cette semaine, Sodexo a annoncé qu’elle était devenue « la première entreprise de son secteur à s’approvisionner en œufs de poules provenant d’élevages alternatifs à la cage à l’échelle mondiale ». Mais il faudra patienter avant que ce soit totalement effectif : « La mise en oeuvre de cette politique d’approvisionnement plus responsable sera entièrement achevée en 2025 », indique l’entreprise de restauration collective, qui assure utiliser chaque année 250 millions d’œufs coquilles, « soit l’équivalent des œufs pondus par 850 000 poules en élevage ». L’association de défense des animaux, L214, a félicité l’entreprise française, qui emploie 420 000 employés dans le monde, « pour cette évolution historique ».

L’élevage de poules en cage en baisse

Selon la porte-parole de L214, Brigitte Gothière, « l’engagement de Sodexo représente une avancée majeure et un signal pour l’industrie agroalimentaire dans son ensemble ». La militante indique que « la maltraitance animale de masse que constitue l’élevage en cage est inéluctablement vouée à disparaitre ». Les statistiques vont effectivement dans ce sens… L214 rappelle que, rien qu’en France, « la part des poules élevées en cage est passée de 96 % en 1990, à 68 % en 2014, au bénéfice de l’élevage en plein air ». L’association se félicite de cette réduction, la plus importante en Europe. D’autant que les consommateurs achètent eux aussi de moins en moins d’œufs de batterie, à en croire l’organisme spécialisé dans la recherche agroalimentaire Itavi.

En prenant cette décision, Sodexo vient s’ajouter à la longue liste d’industriels de l’agroalimentaire qui ont décidé de mettre fin à la vente d’œufs de batterie, comme Monoprix en France ou McDonald’s pour les Etats-Unis. Mais ils ne sont pas les seuls : « Les engagements pris par d’autres géants de l’alimentaire comme Barilla, Mars, Mondelēz International (Prince, Lu, Mikado, Milka, Tuc, etc.), McDonald’s ou encore Unilever (Ben & Jerry’s, Amora), mais aussi des enseignes françaises comme Monoprix ou Michel & Augustin, donnent depuis quelques années un nouveau tournant aux systèmes d’élevage des poules pondeuses », indique l’association L214 dans son communiqué.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Noter cet article: