HomeA la UneLe Sénat veut tirer les leçons du scandale Lactalis

Le Sénat veut tirer les leçons du scandale Lactalis

Suite à l’affaire Lactalis, qui a ébranlé le monde de l’agroalimentaire, le Sénat propose des mesures. Seront-elles efficaces ?

Qui dit crise sanitaire dit réactions politiques. Après l’affaire de la vache folle, les élus français avaient tenté de trouver des solutions efficaces pour éviter qu’un tel scandale ne se reproduise. Cette fois, l’Etat a été mis en cause dans l’affaire Lactalis. La contamination, l’an dernier, de laits infantiles par Salmonella Agona avait agité les médias pendant plusieurs mois. Le géant laitier avait rejeté la faute sur l’Etat avant de s’excuser et d’annoncer des changements dans ses entreprises. Une quarantaine de cas de contamination avaient été décelés. Alors que l’enquête suit son cours, les sénateurs veulent d’ores et déjà légiférer pour éviter un nouveau scandale sanitaire.

Des autocontrôles ajoutés aux contrôles indépendants

Alors qu’une commission d’enquête de l’Assemblée Nationale travaille actuellement sur ce dossier, le Sénat propose plusieurs orientations après avoir auditionné les différents acteurs de l’affaire Lactalis. Des propositions, explique la sénatrice Sophie Primas, qui « concernent tous les acteurs de la chaîne, car nous avons vu des choses à améliorer à tous les niveaux. » La sénatrice assure qu’elle ne veut pas « ajouter des dispositions ou obligations pour les industriels qui font déjà en général un très bon travail du point de vue sanitaire », mais elle estime qu’il faut aujourd’hui améliorer l’efficacité des contrôles. Les sénateurs demandent des autocontrôles, ce qui « aurait peut-être pu éviter en partie le problème avec Lactalis », assure Sophie Primas.

Des sanctions dissuasives

L’Etat reproche notamment à Lactalis d’avoir mis du temps à rappeler les produits contaminés. Pour les sénateurs, il faut donc aujourd’hui « fiabiliser l’information lors des retraits-rappels. » Cela passe par une identification claire des produits et par une traçabilité irréprochables. En cas de crise, la communication devra donc être simple, claire et efficace. Pour les rappels, les sénateurs proposent une alerte sur le modèle de l’alerte enlèvement. Dernière mesure, qui s’adresse cette fois aux industriels récalcitrants : les sénateurs veulent rendre les sanctions plus dissuasives. Des sanctions qui dépendront notamment du volume de produits contaminés mis sur le marché.

FOLLOW US ON:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Rate This Article: