Page d'accueilA la UneLes ressources en eau fragilisées par les Américains

Les ressources en eau fragilisées par les Américains

eau

Environnement. La production mondiale en viande a une influence sur les ressources en eau. Celles-ci pourraient manquer à long terme, selon Nestlé.

« Si tout le monde mangeait comme les Américains, la planète serait à court d’eau douce. » Voilà, en résumé, le constat d’un rapport secret révélé par Slate. C’est le site de l’ONG Center for Investigative Reporting qui a publié les résultats de ce rapport qui détaille les prévisions des dirigeants de Nestlé à propos des ressources mondiales en eau. Certes, le document qui vient de sortir date de 2009. Mais il montre que l’industrie agroalimentaire mondiale a emprunté une trajectoire « potentiellement catastrophique. » Nestlé s’inquiète notamment de la surproduction de viande dans le monde. Une offre importante que les producteurs doivent à une demande en hausse constante, avec notamment un regain de demande de bœuf, de poulet et de porc dans quelques pays en développement comme la Chine ou l’Inde. Conséquence ? « Nestlé pense qu’un tiers de la population mondiale va être affectée par une pénurie d’eau douce d’ici 2025, la situation devenant plus grave par la suite et potentiellement catastrophique d’ici 2050 », selon le rapport.

Nestlé apporte plusieurs solutions

Il est toutefois possible d’inverser la situation. Car, en réalité, il y a assez des réserves d’eau douce pour nourrir toute la population. Mais la façon de consommer de la population américaine pose problème : selon Nestlé, « le régime actuel américain est de 3 600 calories par jour, avec une consommation de viande substantielle. Si le monde entier était passé à ce standard, les ressources mondiales en eau douce auraient été épuisées à un niveau de population de 6 milliards de personnes, ce que le monde a atteint en l’an 2000. » Sauf que la population mondiale va atteindre près de 9 milliards d’individus à l’horizon 2050. Il faut donc trouver des solutions rapides. « Il est clair que les régimes actuels à base de viande des pays développés et les modes d’utilisation de l’eau n’apportent pas un plan pour l’avenir de la planète », explique Nestlé, qui propose plusieurs solutions, comme la « création d’un marché virtuel de l’eau », la « suppression des subventions pour les biocarburants », l’« adoption de plus d’OGM pour cultiver des plantes résistantes au manque d’eau » ou encore « la libéralisation du commerce agricole mondial. » Reste que ces propositions sont politiquement peu correctes, « controversées » selon l’avis de Nestlé.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Noter cet article: