Page d'accueilA la UneQuelle quantité de sucre dans nos produis préférés ?

Quelle quantité de sucre dans nos produis préférés ?

Oreo

Un compte Instagram illustre, avec de simples photos, la quantité de sucre contenue dans les produits du rayon snack. Intéressant et éducatif.

 

A l’ingestion de combien de sucres équivaut la consommation d’une Danette au Caramel ? Et celle d’un tube de Ketchup Amora ? C’est la question à laquelle tente de répondre le compte Instagram @dealerdesucre. Une façon ludique de visualiser plus concrètement la quantité de sucre contenue dans les produits du quotidien. Hamburger, Oreo, Nutella, Mentos… Aucun produit du rayon snack n’est épargné. Même les produits vendus comme plus sains, comme les galettes de sarrasin Bjorg qui contiennent l’équivalent de huit sucres dans un paquet.

De nouvelles étiquettes plus lisibles

Considéré comme une drogue, le sucre ajouté est un danger s’il est consommé en grande quantité. Aux Etats-Unis, on considère que chaque Américain ingère en moyenne 22 cuillères à café de sucre par jour. Une quantité qui représente trois fois le besoin quotidien. Cela représente surtout 75 kilogrammes de sucre par an. C’est deux fois plus qu’en France, où la consommation a doublé depuis 2000. Un Français sur cinq est d’ailleurs touché par l’obésité.

A l’heure où les Français veulent connaître l’origine de ce qu’ils consomment, un règlement européen est appliqué depuis décembre 2014 : il vise à améliorer l’information du consommateur, notamment en mettant à sa disposition des étiquettes simples et lisibles. Mais face au lobby du sucre dans l’Hexagone, pas toujours facile d’y voir clair. En juin, les industries de l’agroalimentaire s’étaient d’ailleurs opposées à un nouvel étiquetage proposé par le gouvernement.

Un compte Instagram pour visualiser la quantité de sucre contenue dans nos produits préférés (ici)

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Noter cet article: