HomeA la UneLa production française de vin à la baisse

La production française de vin à la baisse

La production française de vin en baisse.

La production de vin a baissé un peu partout dans le monde. La France s’en sort moyennement bien mais reste le deuxième producteur mondial derrière l’Italie.

A peine 42 millions d’hectolitres. Voilà ce que devrait représenter la production de vin en 2016. Un résultat moyen, qui représente une baisse de 12 % par rapport à l’année précédente. En cause, des conditions climatiques peu propices à offrir des vendanges luxuriantes aux viticulteurs. En effet, le printemps a été très humide, avec peu de soleil, puis l’été a laissé des traces : après le gel, puis les averses de grêle, la sècheresse a elle aussi fait des ravages. Une situation disparate selon les régions : « La Champagne avec une récolte attendue en recul de 32 % à 1,7 million d’hectolitres et la Charente en baisse de 22 % à 7,4 millions d’hectolitres font partie des régions les plus touchées », résume Baptiste Montange, de l’institut public FranceAgrimer, interrogé par Le Monde. D’autres régions comme le Bordelais et l’Alsace ont en revanche vu leur production augmenter.

Le vin français reste le mieux valorisé au monde

Si toutes les régions françaises n’ont donc pas été logées à la même enseigne, les conditions climatiques ont globalement été difficiles dans plusieurs pays. A côté de leurs confères d’Argentine, les producteurs français peuvent jubiler. En effet, la moyenne des pertes dans le pays d’Amérique du Sud s’élève à 35 %. Le Chili, de son côté, a vu sa production chuter de 21 %. C’est donc une baisse mondiale de la production de vin que le secteur enregistrera en 2016. Une régression qui devrait atteindre près de 5 %, à en croire l’Organisation internationale de la vigne et du vin (OIV), qui indique qu’il s’agirait alors de la plus basse production de vin depuis vingt ans. Mais l’offre étant toujours supérieure à la demande, notamment grâce aux vins produits les années précédentes, la pénurie ne devrait pas poindre. Côté français, cette baisse de la production annuelle n’a donc pas d’impact sur le classement du pays au niveau mondial. La France reste deuxième, juste derrière l’Italie. Mieux, l’Hexagone prend un peu plus d’avance sur le troisième producteur mondial, l’Espagne. Reste qu’au niveau de la valorisation de ses produits viticoles, la France reste la championne du monde. En 2015, le pays a exporté pour 11,7 milliards d’euros de vins.

Les articles dans la même thématique

FOLLOW US ON:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

<p>Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.</p>

Rate This Article: