HomeA la UnePolémique : Lactalis ne veut toujours pas publier ses comptes

Polémique : Lactalis ne veut toujours pas publier ses comptes

L'offre de Lactalis d'augmenter le prix des 100 litres de lait de 15 euros, a été rejetée par les producteurs.

Les producteurs de lait réclament des prix d’achat plus élevés à Lactalis. Le groupe estime ne pas en avoir les moyens, mais refuse de publier ses états financiers.

Après le scandale Lactalis, place au… scandale Lactalis. Comme plusieurs autres grands groupes français, comme Bigard, malgré la loi qui oblige les entreprises à publier leurs états financiers, le géant laitier refuse la publication de ses comptes et préfère s’acquitter d’une amende. Et forcément, cela pose quelques questions : le groupe français a-t-il les moyens d’augmenter les contrats de ses 10 000 éleveurs ? Sans visibilité sur les états financiers du numéro 1 mondial du lait, impossible de répondre à cette question. Et Lactalis joue un jeu trouble : selon le porte-parole de la société, le taux de rentabilité se situerait aux alentours de 2,5 %. Un niveau faible qui intrigue. Pour Lactalis, la rentabilité est bien loin de celles des autres géants de l’agroalimentaire. Et si le patron du géant laitier assure qu’il va prochainement « fournir les données utiles à l’Observatoire des prix et des marges », on a du mal à croire sur parole la direction de Lactalis.

Lactalis ne veut pas publier ses chiffres car c’est une société familiale

Cependant, quelques chiffres — plutôt anciens — sont trouvables, notamment en Italie. Et c’est là que le doute s’installe : on parle en effet d’un bénéfice consolidé de 2,5 %. Mais le calcul de ce chiffre intègre la dépréciation des actifs du groupe. Avec un résultat opérationnel de 1,17 milliards d’euros en 2017, le taux de rentabilité serait en réalité de… 7 %. Autant dire qu’on est loin des chiffres annoncés par le porte-parole du groupe, qui tenterait alors de minimiser la rentabilité du géant ? Lactalis refuse de commenter ces informations. Mais du côté des éleveurs, la grogne s’amplifie : ils dénoncent le prix d’achat par Lactalis de leur lait, à 330 euros les 1 000 litres. Mais sans publication des chiffres réels, il ne reste qu’à croire Lactalis et à se résigner : le groupe estime ne pas pouvoir augmenter sa grille de tarifs. Une publication des chiffres serait la bienvenue, mais Lactalis assure que, étant « une société familiale, qui se bat dans un univers concurrentiel international très fort », c’est impossible.

FOLLOW US ON:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Rate This Article: