HomeActualitésConsoOffensive du bœuf wagyu sur les tables européennes

Offensive du bœuf wagyu sur les tables européennes

Crédit photo : jiashiang (CC BY)

Boeuf wagyu à la conquête de l’Europe / Crédit photo : jiashiang (CC BY)

[quote]Japon : le bœuf wagyu ou boeuf de Kobe est une viande persillée, tendre comme du beurre, aux saveur noisette, noix de coco et foie gras. Cette viande japonaise tente de séduire les tables européennes après son autorisation à l’export. [/quote]

Le « Tajima-gyu » ou bœuf wagyu est né du croisement entre un bœuf japonais et des races importées. Le boeuf de Kobe est élevé dans une stricte tradition : poids d’abattage de 600 kg, élevage pendant 500 jours. Le boeuf wagyu à la robe noir est nourri de maïs, orge, bières, paille de riz et fèves. « La qualité de la viande dépend des bonnes pratiques à la ferme et de la race. Les éleveurs sélectionnent les animaux sur leur propension génétique à fixer les graisses dans la chair, et les élèvent sans stress, sans exercice, sans écart de température, de manière à ce qu’ils produisent un maximum de graisse et en brûlent un minimum. Mais même de cette manière, seules 60 % des bêtes, soit environ 3 000 têtes par an, obtiennent l’appellation », explique un responsable de l’Association de promotion du bœuf de Kobe (LeMonde).

Wagyu Kobe : la Rolls de l’entrecôte

boeuf_kobe_japan_wagyu

Au Japon, seulement une quarantaine d’établissement proposent cette viande haute couture. Le prix de cette viande rare est de 300 euros le kilo. Depuis juin 2014, les japonais ont eu le feu vert de l’UE pour exporter cette viande rouge aux prix exorbitants. D’ici 2020, l’organisation du commerce extérieur du Japon (Jetro) veut multiplier par cinq ses exportations de viande de Kobe. Le défi pour Yasuyuki Murahashi, le directeur du département agriculture du Jetro est d’imposer la wagyu hors des restaurants nippons. Les cibles prioritaires du Jetro sont : l’Italie, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et l’Espagne.

Boeuf wagyu made in Bretagne ?

Un jeune agriculteur a mis en place, depuis mai 2009, la ferme Miyabi. Située aux portes de la Bretagne, la ferme de Sébastien Cherel s’est lancée dans l’élevage de bœuf wagyu avec un cheptel de 45 bêtes. Baptisé Miyabi-Gyu, « ces bœufs sont élevés suivant le modèle limousin jusqu’au sevrage. Ensuite l ‘engraissement des bovins demande une conduite spécifique et d’une alimentation à base de mélange céréalier particulier. Les ingrédients de ce mélange sont produits sur place. » Récompensé au festival de la viande d’Evron (Mayenne), le wagyu breton attend toujours son label officiel.

[youtube url= »http://www.youtube.com/watch?v=EJXT443r8Gk » width= »560″ height= »315″]

Le bœuf wagyu haute couture veut séduire l’Europe (ici)

Les articles dans la même thématique

FOLLOW US ON:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Rate This Article: