Page d'accueilA la UneLes œufs de batterie exclus des produits Panzani avant 2025

Les œufs de batterie exclus des produits Panzani avant 2025

Sodexo met fin aux œufs de poules en batterie.

Aldi, McDonald’s, Monoprix… La liste des marques qui ne veulent plus des œufs de poules élevées dans des cages est de plus en plus longue. Et ce matin, on apprend que deux nouvelles marques viennent s’ajouter à cette liste. En effet, Panzani et Lustucru Frais viennent d’annoncer conjointement — elles font toutes les deux partie du groupe Panzani — qu’elles s’engageait à ne plus utiliser d’œufs de batterie à moyen terme. Avec une date butoir annoncée : 2025. D’ici là, l’entreprise devra trouver des moyens d’approvisionnement alternatifs. A l’origine de cette décision, une vidéo et une campagne lancées par l’association L214. Pour cette campagne, les militants animaliers ont exhorté Panzani à faire fi des œufs de batterie au plus vite.

Et forcément, l’annonce de la décision du groupe satisfait L214, dont la porte-parole, Brigitte Gothière, salue l’initiative. « La décision du Groupe Panzani et de sa filiale Lustucru Frais contribuera à améliorer les conditions d’élevage d’un nombre conséquent de poules », estime-t-elle. Elle voit surtout dans cette décision une « prise de conscience des enjeux éthiques liés à l’élevage des animaux » qui, selon elle, « a pris la forme d’un véritable mouvement de fond dans l’ensemble du secteur agroalimentaire. » Avec, pour L214, un objectif avoué : « La disparition de l’élevage en cage, désormais programmée » et une « attention croissante portée par notre société à l’égard des animaux. »

Mais l’association L214 va au-delà de la simple campagne de communication. Son combat se déroulera également devant les tribunaux. Après la publication, hier, d’une vidéo qui montre les conditions désastreuses d’élevage en cage, L214 a porté plainte contre la société incriminée, Les Oeufs Geslin, pour « mauvais traitement. » Les responsables de la société vendéenne devront répondre de leurs actes devant le tribunal de grande instance de La Roche-sur-Yon. Les Oeufs Geslin risque également, à terme, de voir son contrat avec Panzani rompu : le groupe spécialiste des pâtes s’approvisionne en effet dans cette entreprise pointée du doigt par L214. Un approvisionnement qui a, pour l’heure, été suspendu.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Noter cet article: