Page d'accueilActualitésEnvironnementMonsanto, coupable de « crimes contre l’humanité » ?

Monsanto, coupable de « crimes contre l’humanité » ?

monsanto-coupable-de-crimes-contre-lenvironnement

Le week-end dernier, à La Haye, des activistes anti-Monsanto ont organisé une Assemblée des peuples et accusent la multinationale américaine, spécialisée dans les biotechnologies agricoles, d’avoir violé les droits de l’homme et d’être coupable de « crimes contre l’humanité » et d’écocide, portant lourdement atteinte à l’environnement.

Pour Monsanto, qui est accusé de fabriquer des graines génétiquement modifiées des pesticides contestés, le tribunal de La Haye n’est pas crédible. La multinationale refuse toute validation de cette assemblée des peuples. Une trentaine de témoins ont été entendus. Notamment des proches de malades, des agriculteurs et des scientifiques. A l’occasion de la journée internationale des droits de l’homme, le 10 décembre, le tribunal se prononcera sur un avis légal dont le but est de renforcer les lois déjà en place. « Notre objectif est de démontrer, et c’est le tribunal qui le dira, si Monsanto a ou n’a pas manqué à ses obligations internationales », déclare l’ex ministre française de l’Environnement Corinne Lepage. « Je souhaite donner à la société civile les même armes dans tous les pays du monde».

Le géant Monsanto accusé de crimes environnementaux

Monsanto est-il coupable d’avoir porté atteinte à un environnement sain et à l’alimentation ? A t-il participé au crime de guerre pendant la guerre du Vietnam en fabriquant Agent Orange que l’armée américaine a utilisé ? Est-il coupable d’un écocide ? La Cour pénale internationale a dernièrement exprimé sa volonté de se focaliser sur les «écocides», ou crimes environnementaux.

Monsanto Company, quant à elle, se défend dans une lettre ouverte où elle affirme que l’Assemblée des peuples «détourne l’attention des enjeux réels et essentiels sur les besoins en alimentation et en agriculture du monde entier».

Par ailleurs, la multinationale prétend « aider les agriculteurs à limiter et à s’adapter aux changements climatiques », soulignant que la « coexistence entre toutes les formes d’agriculture est possible. »

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Noter cet article: