Page d'accueilA la UneLe « made in France », argument de campagne pour la présidentielle

Le « made in France », argument de campagne pour la présidentielle

Le made in France a la cote chez les politiques.

Choix délibéré ou figure imposée ? Toujours est-il que le « made en France » est un argument récurent dans la bouche de tous les présidentiables. Et cela concerne notamment le secteur de l’agroalimentaire bleu-blanc-rouge.

Tous les candidats n’ont ce que ces mots à la bouche ! En effet le « made in France » risque bien, pour cette campagne présidentielle à venir, d’être encore dans le cœur de tous les débats puisqu’à gauche comme à droite, tous aiment déjà à s’afficher avec, à coté ou dans un produit fabriqué dans l’Hexagone vêtements, mais également produits alimentaires… Tout le « made in France » y passe en vue de la présidentielle de 2017. François Fillon était par exemple invité fin mai dernier par l’entreprise française de produits laitiers et de biscuits Michel & Augustin. Un choix qui avait fait polémique lorsque l’entreprise, qui exporte désormais ses produits aux Etats-Unis, avait publié un tweet de soutien au membre des Républicains.

Armor Lux, Moulinex et Marco

Nicolas Dupont-Aignan, président du parti souverainiste Debout la France et candidat à l’élection présidentielle, est allé, lui, visiter l’usine de chaussures Marco, à Pont-de-l’Arche en Normandie. Il a, dans la foulé, plaidé pour la relocalisation d’un million d’emplois en France et la création d’un bonus fiscal pour les bénéfices réinvestis en France. L’égérie du « made in France », Arnaud Montebourg avait posé en couverture du Parisien magazine vêtu d’une marinière Armor Lux et d’une montre Michel Herbelin en tenant dans ses bras un mixeur Moulinex. François Bayrou, président du MoDem, en avait fait lui aussi un thème de sa campagne. Et on se souvient aussi du béret dont s’est coiffé Marine Le Pen en parlant de « protectionnisme intelligent » ; l’instauration de barrières commerciales pour favoriser les entreprises nationales. Force est de constater que le « made in France » séduit donc de la gauche à l’extrême-droite, à quelques exceptions près. En effet, le ministre de l’Economie Emmanuel Macron, préfère, lui, parler de « made in globalement », comme un pied de nez à son prédécesseur. Selon lui, « le ‘made in France’ complet n’est pas toujours la bonne option, quand on fait tout en France, on n’est pas forcément gagnant. Cela dépend du paysage compétitif. »

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Noter cet article: