Page d'accueilA la UneLe lobby du sucre a payé des scientifiques dans les années 60

Le lobby du sucre a payé des scientifiques dans les années 60

Les effets du sucre minimisés dans les années 1960.

Dans les années 1960, des scientifiques ont été rémunérés par le lobby du sucre pour modifier les conclusions de leurs études. Des chercheurs ont récemment trouvé la preuve de cette corruption.

Les maladies liées au sucre sont apparues dans les années 1950. Or, des documents internes de la Sugar Research Foundation (SRF), l’association de promotion du sucre, prouvent que la fondation a minimisé les effets de la consommation de saccharose lors d’une étude publiée en 1965 dans la revue scientifique New England Journal of Medicine. Certes, le rôle exact, c’est-à-dire le financement par la fondation, de la SRF n’a pas été clairement établi. Mais force est de constater que les scientifiques ont sciemment relativisé les dangers du sucre. C’est ce qui ressort d’une étude du Journal of Internal Medicine éditée par l’Association médicale américaine, qui a enquêté sur le lobby du sucre.

50 000 dollars pour rejeter la faute sur les graisses

Dans l’étude de 1965, les chercheurs assurent que les graisses sont les principales causes du cholestérol et des maladies coronariennes. Le sucre, lui, est blanchi. Selon le Journal of Internal Medicine, trois chercheurs auraient accepté de recevoir la somme de 6 500 dollars — à l’époque, une sacrée somme qui représenterait 50 000 dollars aujourd’hui — pour adoucir leurs conclusions sur les effets néfastes du saccharose. Les chercheurs californiens de la revue de l’Association médicale américaine ont réussi à décrypter des messages secrets échangés entre la fondation de promotion du sucre et les scientifiques de l’époque. On s’en doutait, mais la preuve les accable aujourd’hui.

Or, à l’époque, cette étude aura un impact considérable sur la recherche alimentaire. En effet, dès 1965, c’est sur les graisses saturées que vont se concentrer les études des différents chercheurs travaillant sur le cholestérol. Pendant ce temps, l’industrie du sucre est florissante partout dans le monde. Ce n’est que bien plus tard que le rôle du sucre dans des maladies comme l’obésité sera démontré. Trop tard, le mal est déjà fait. Aujourd’hui, la Sugar Research Foundation a avoué avoir versé de l’argent à des chercheurs. Mais n’y voyez pas de la corruption. Pour l’association, les pots-de-vin versés aux scientifiques n’auraient en rien modifié les conclusions des études. La SRF regrette simplement de ne pas avoir été assez transparente.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Noter cet article: