Page d'accueilA la UneLes algues bientôt dans les assiettes françaises ?

Les algues bientôt dans les assiettes françaises ?

Légumes de la mer.

Conso. Encore peu consommées en France, les algues ont pourtant de nombreuses vertus. Un agriculteur tente de les imposer dans nos assiettes.

Appelez-les « algues », lui préfère « légumes de la mer. » André Berthou, pêcheur d’algues et membre de Minga, une association qui milite pour plus d’équité dans les échanges commerciaux, a mise sur les légumes de mer. Déjà utilisées dans certains élevages pour éviter les antibiotiques, les algues ont également une grande place à prendre dans nos assiettes. André Berthou y croit et fait tout pour promouvoir ses fameux légumes de mer. Car, si leur consommation reste assez timide pour l’instant en France, elle pourrait croître d’ici quelques années. En Asie, les algues font d’ailleurs partie intégrante de la cuisine quotidienne, de leur culture, comme l’explique André Berthou. Une culture qu’il voudrait implanter en France.

Des apports en minéraux et vitamines

Car, malgré les taux naturellement élevés de minéraux dans les légumes de mer, les Occidentaux, et les Français particulièrement, sont plutôt réticents à ajouter ces aliments riches en éléments nutritifs à leurs repas. En effet, de prime abord, ces plantes aquatiques à l’aspect gélatineux ne donnent pas forcément envie, mais passé ce stade, les Français pourraient être intéressés de savoir que ces légumes marins offrent une vaste gamme de minéraux. En effet, ces légumes de la mer contiennent pratiquement tous les minéraux trouvés dans l’océan. Ils offrent également une variété de phytonutriments uniques, y compris leurs polysaccharides sulfatés (également appelés fucoïdiens).

Les légumes de la mer sont aussi une excellent source d’iode, de vitamine C, de manganèse, et de vitamine B2, de vitamine A (sous forme de caroténoïdes) et de cuivre, de protéines, d’acide pantothénique, de potassium, de fer, de zinc, de vitamine B6, de niacine, de phosphore et de vitamine B1. De  plus ils sont relativement simples à cuisiner. C’est fort de ces arguments qu’André Berthou fait le pari de faire rentrer ces aliments dans la cuisine des français. Il est à ce jour le seul agriculteur-transformateur d’algues de rives. Il met en conserves ces dernières, qu’il vend par la suite sur les marchés de Quimper et La Forêt-Fouesnant, mais aussi en épiceries bio. L’agriculteur marin possède aussi une clientèle assez curieuse qui est celle d’entreprises effectuant des recherches sur certaines espèces d’algues.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

magali.monceau@industrie-agroalimentaire.com

Magali Monceau, titulaire d’un Master en Biologie et Santé – Nutrition Humaine et développement de l’Aliment Santé -, elle est responsable qualité pour un laboratoire à Nantes et chroniqueuse également pour le site IAA.

Noter cet article: