Page d'accueilA la UneJamie Oliver se lance dans les plats préparés surgelés

Jamie Oliver se lance dans les plats préparés surgelés

le cuisinier star en Angleterre s'associe à Sadia.

Marketing. Le cuisinier britannique, mondialement connu, sera l’égérie d’une marque de plats préparés surgelés. Une décision étonnante pour celui qui se veut défenseur des produits frais.

Le paradoxe a fait bondir ses fans. Jamie Oliver, sans doute la plus grande star britannique de la cuisine, est le symbole de la lutte contre la malbouffe outre-Manche. Oui mais voilà, le cuistot de la télévision anglaise s’est associé à Sadia, un des géants de l’agroalimentaire au Brésil, pour produire et promouvoir une gamme de plats préparés surgelés qui seront vendus à la rentrée dans les supermarchés brésiliens. Les critiques pleuvent, mais Jamie Oliver assume (à moitié) : « Il y a deux ou trois ans, je ne me serais pas associé avec une entreprise comme celle-là », explique le fer de lance de la lutte contre la malbouffe. Mais, si nous voulons un grand changement, nous avons besoin de grandes entreprises. J’ai peut-être tort. Mais je préfère essayer. » Du côté de l’Observatoire de la sécurité alimentaire et des politiques nutritionnelles brésilien, on trouve cette association « regrettable ».

« Jamie Oliver ne rendra pas Sadia meilleur »

Qu’est-ce qui a bien pu pousser le chef à s’associer à une gamme de produits surgelés ? « Être à l’intérieur de cette machine, une entreprise qui est responsable de 18 % de la production de poulet dans le monde, est quelque chose de positif », affirme le cuisinier, qui admet toutefois se rendre « dans un environnement étrange, et même fermé, compliqué. » Mais, promet-il, l’avenir lui donnera raison : « Dans un an, nous en reparlerons et je vous montrerai les résultats que j’aurai obtenus », lance Jamie Oliver, sûr de lui. Pour éviter toute polémique, Sadia a pourtant assuré qu’elle lancerait, en parallèle de son partenariat avec le cuisinier britannique, un programme éducatif dans les écoles, aux côtés de la Fondation Jamie Oliver qui promeut l’alimentation saine et les produits frais. L’entreprise brésilienne assure avoir déboursé plus de 13 millions d’euros pour cette opération éducative. Malgré tout, la polémique continue à enfler. Selon l’Observatoire de la sécurité alimentaire et des politiques nutritionnelles brésilien, « Jamie Oliver ne rendra pas Sadia meilleur, mais Sadia va rendre Jamie Oliver pire. » Affaire à suivre, donc.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

stephanie.lefevre@industrie-agroalimentaire.com

Stéphanie Lefevre, experte en agroalimentaire et consultante en sécurité alimentaire à Annecy, met ses connaissances et sa passion de l’Industrie Agroalimentaire à disposition du média IAA en traitant des actualités.

Noter cet article: