Page d'accueilA la UneLe groupe E.Leclerc déclare la guerre aux emballages cancérigènes

Le groupe E.Leclerc déclare la guerre aux emballages cancérigènes

Plus d'emballages cancérigènes chez E.Leclerc

Après avoir été interpellé par l’association Foodwatch, le groupe E.Leclerc s’engage à supprimer les emballages pouvant être à caractère cancérigène. Le patron de la marque présente son plan d’action.

Il y a quelques mois, l’association Foodwatch a interpellé le groupe E.Leclerc pour dénoncer la présence de traces d’hydrocarbures dans ses produits épiciers. Dans son viseur : les cartons d’emballage en fibres recyclées. Après ses propres vérifications, l’enseigne E.Leclerc a lancé un plan d’action pour supprimer les emballages susceptibles de contenir des hydrocarbures d’huiles minérales aromatiques de ses différentes gammes de produits. Michel Edouard Leclerc, le patron de l‘enseigne, vient de proposer ce plan sur son blog : 58 références commercialisées par le groupement sont potentiellement concernées.

A l’heure actuelle, 11 références sont déjà protégées grâce à une couche aluminium interne couvrant leur emballage. Pour les produits non protégés, 4 références ont été retirées du marché pour motif commercial et 23 autres sont passées au packaging en carton vierge. Pour les 20 références restantes, 14 feront l’objet d’un programme de substitution après négociation avec les emballeurs, tout en leur imposant le mois de juin 2017 comme échéance.

E.Leclerc négocie de nouveaux emballages

Le groupe français cherche à innover en matière d’emballage. Des discussions avec des sociétés d’emballages ont été engagées afin de développer de nouveaux modes de packaging qui ne contiennent pas d’huiles nocives. Les négociations portent également sur des solutions pour améliorer le recyclage des encres. Ainsi, un test sur 6 références a montré qu’il n’y avait pas de traces d’huiles sur ces produits alimentaires mais le patron du groupe assure que les nouvelles exigences de qualité ont été intégrées dans les cahiers des charges des emballeurs pour leurs productions.

En outre, M.E. Leclerc espère que les fournisseurs nationaux d’emballage tiendront compte de ces nouvelles mesures qui prohibent tout packaging risquant de contaminer les aliments. Il s’attend ainsi à ce que la campagne de négociation commerciale 2017-2018 oblige les sociétés en question à tenir compte du cahier des charges préservant les produits alimentaires de tout effet cancérigène.

Les articles dans la même thématique

SUIVEZ-NOUS SUR:

christine.loran@industrie-agroalimentaire.com

Christine Loran, diplômée en Microbiologie dans les industries agro-alimentaires à l’Université de Aix-Marseille et passionnée d’innovation agroalimentaire, écrit régulièrement pour le compte du site IAA.

Noter cet article: